Republier
Egypte

En Egypte, les militants qui campent place Tahrir sont toujours déterminés


©

Un nouveau village de tentes s’est installé en plein centre du Caire, à la place Tahrir, lieu devenu le symbole de la révolution qui a conduit à la démission d'Hosni Moubarak en février dernier. Des militants toujours actifs pour réclamer des réformes. Ils ont été rejoints par d'autres et entendent bien faire du vendredi qui arrive une journée sans précédent de contestation. Par ailleurs, selon l'agence officielle Mena, les élections législatives prévues en septembre seraient reportées d'un mois ou deux à la demande de nombreuses formations qui estiment ne pas pouvoir être prêtes à temps. 

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

La place Tahrir continue à être occupée par des milliers de manifestants qui y ont dressé leurs tentes depuis vendredi. De nouveaux manifestants ont rejoint la place en début d’après-midi, grâce notamment à des fonctionnaires qui ont fini leur journée de travail.

Les manifestants sont déterminés à occuper la place, fermée à la circulation jusqu’à vendredi, où une nouvelle démonstration de force est prévue. Une journée baptisée « dernier avertissement ». Les manifestants estiment en effet que le pouvoir, gouvernement et Conseil militaire suprême, n’a toujours pas accédé à une bonne partie des revendications de la révolution.

Parmi elles, le châtiment des hauts responsables du régime Moubarak, l’épuration de l’appareil d’Etat et les mesures de justice sociale. Toutefois, la tension a baissé d’un cran avec la réouverture du Mogama, un complexe administratif de la place Tahrir. Les manifestants ont déclaré avoir permis l’accès des fonctionnaires à leurs bureaux pour faciliter la vie aux citoyens. L’armée avait menacé mardi de prendre les mesures qui s’imposent contre « ceux qui empêchent le bon fonctionnement de l’appareil de l’Etat ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.