Crise alimentaire dans la Corne de l'Afrique : l'aide s'organise


©

Dans la Corne de l'Afrique, 10 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire et 2 millions d'enfants souffrent de malnutrition. L'ONU a lancé une mission en Somalie pour tenter d'éviter une catastrophe humanitaire dans ce pays et dans le reste de la Corne de l'Afrique. En Ethiopie, où le gouvernement compte 4,5 millions de personnes ayant besoin d'une assistance alimentaire, des ONG vont réaliser leurs propres études pour calculer l'aide à apporter.

L'état d'insurrection quasi permanent en Somalie complique le travail des humanitaires. Depuis deux ans, les shebabs, les islamistes radicaux, ont obligé les expatriés à déserter le pays. Les ONG internationales ont dû mettre en place des équipes locales et organiser au fil des mois leur formation pour gérer les centres nutritionnels et l'aide envoyée sur place.

L'arrivée récente de plusieurs centaines de milliers de Somaliens vers Mogadiscio fait craindre une véritable catastrophe humanitaire. Des camps spontanés de déplacés ont envahi la banlieue et même le centre-ville de la capitale somalienne. C’est à partir principalement du Kenya voisin que les organisations internationales envoient la nourriture. Les vivres sont acheminées par camion et par quelques rotations de petits porteurs. Les pistes à Mogadiscio et dans le centre de la Somalie ne permettent pas de faire atterrir de gros cargos. L'insécurité impose d'organiser plutôt des convois groupés et sous escortes armées.

Les agences humanitaires négocient avec les chefs traditionnels pour sécuriser l'aide. Ceux-là disposent d'un vrai pouvoir sur leurs communautés, mais également sur les shebabs qui les écoutent. « Les shebabs ont intérêt à laisser passer l'aide, explique un responsable humanitaire basé a Nairobi. Parce que sinon les populations pourraient se retourner contre eux ». Preuve de la gravité de la situation, les islamistes somaliens viennent de promettre de rouvrir les portes aux humanitaires, qu'ils soient ou non musulmans.

Assistance alimentaire pour au moins 4,5 millions d’Ethiopiens

Dans l’Ethiopie voisine, selon le ministère de l'Agriculture, près de 4,5 millions de personnes auraient besoin d'assistance alimentaire dans le pays, soit 40% de plus par rapport à l'année dernière à la même période. Les régions Oromie et Somalie, au sud et sud-est du pays, sont les plus touchées. Cette année, la petite saison des pluies est arrivée avec six semaines de retard et était moitié moins abondante que d'ordinaire.

Mais les chiffres annoncés par le gouvernement sont mis en doute par certaines organisations de coopération  humanitaire, nationales ou internationales. « Ces résultats ne sont pas ce que nous attendions », a ainsi affirmé Jason Frasier, directeur de mission d'US Aid en Ethiopie, l'Agence des Etats-Unis pour le développement international. Il a émis des doutes notamment quant aux méthodes d'évaluation du gouvernement éthiopien. US Aid, comme d'autres organisations va donc réaliser ses propres études afin de faire ses estimations de l'aide nécessaire. « Nous espérons sincèrement que le gouvernement éthiopien a raison, a rajouté Jason Frasier. Cela signifierait qu'il y aurait moins d'aide à fournir ».

L'Ethiopie estime à 398 millions de dollars le montant de l'aide alimentaire nécessaire. Pour l'heure, elle en a reçu plus de 234 millions, soit les trois quarts de la somme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.