Republier
Algérie

Algérie : la famille de Matoub Lounes ne se satisfait pas du verdict


©

Le procès des assassins du chanteur kabyle Matoub Lounes a eu lieu lundi en Algérie. Les deux accusés ont été condamnés à douze ans d'emprisonnement pour complicité d'assassinat, une peine couverte par leur détention provisoire. Si la justice et l'Etat algérien pensaient avoir classé un dossier sensible devenu politique, étant donné l'aura du chanteur en Kabylie, plus que jamais intacte treize ans après sa mort, c'était compter sans la volonté de la famille du chanteur. Hier mercredi, elle a annoncé qu'elle allait réclamer l'ouverture d'une nouvelle enquête.

Avec notre correspondante à Alger

Ce n’est pas vraiment une surprise, mais le procès des assassins de Matoub Lounes n’a pas soulagé la soif de vérité des proches du chanteur. Ils ne croient pas en la culpabilité des deux hommes condamnés lundi à douze ans de prison pour complicité d’assassinat.

C’est Malika Matoub, la sœur du chanteur, qui a annoncé la première qu’elle porterait une nouvelle plainte contre X cette fois.

« Pour moi, a-t-elle expliqué, l’affaire Matoub n’est pas arrivée à son terme. On n’a pas jugé lundi les assassins de Matoub ». Elle dénonce des pressions occultes, qui ont pesé sur la justice pour empêcher la vérité d’éclater.

La femme de Matoub Lounes, qui représente l’autre partie-civile de ce procès, a elle aussi annoncé hier qu’elle allait déposer une nouvelle plainte. Et l’avocat de l’un des deux hommes condamnés a déclaré que son client allait faire appel du verdict.

En fait, la famille du chanteur et les avocats des deux accusés contestent depuis le début, la thèse officielle qui attribue le crime au GIA, le groupe islamique armé. Pendant treize ans, ils n’ont pas cessé de dénoncer l’enquête et ses zones d’ombre. Et aujourd’hui, ils ne se satisfont pas d’un procès qu’ils qualifient de « parodie ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.