A Dakar, les opposants et les partisans de Wade dans la rue

A Dakar, le 23 juin 2011, les manifestations contre le changement de Constitution avaient tourné aux émeutes.
© AFP PHOTO / MOUSSA SOW

Ce samedi 23 juillet 2011, plusieurs milliers d’opposants sont rassemblés dans les rues de Dakar au Sénégal pour exiger du président Abdoulaye Wade qu’il ne se représente pas à la présidentielle de 2012. Dans le même temps, dans un autre quartier de la ville, devant le siège de son parti, le président anime un meeting politique.

Un mois après les émeutes qui ont secoué la capitale sénégalaise, les rues de Dakar sont une nouvelle fois occupées. Les opposants exigent toujours que le président Abdoulaye Wade ne se représente pas à la prochaine présidentielle. Parmi la foule qui a fait le déplacement ce samedi, on trouve des militants mais aussi de simples citoyens.

Ils seraient 10 000 selon la police et 50 000 selon les organisateurs, réunis sur la place de l'Obélisque, éloignés du centre-ville où ils n'ont pas obtenu l'autorisation de manifester.

« Touche pas à ma Constitution »

Sur leurs pancartes on peut lire les mêmes slogans que le 23 juin dernier : « Dégage ! »,  « Il y en a marre », et « Touche pas à ma Constitution ». Ce dernier est le principal slogan qu’ont à la bouche les principaux membres de l’opposition et les leaders d’opinion des organisations de la société civile, installés sur un podium face à la foule.

Leur message au président : « Retire ta candidature, ne t'engage pas dans un troisième mandat », car selon ce mouvement, un nouveau mandat de Wade serait un « grand risque » pour la paix sociale au Sénégal. Et pour apaiser les esprits, ils ont invité sur le podium plusieurs rappeurs sénégalais qui soutiennent le mouvement.

Dans les rues de Dakar, le mouvement de protestation est particulièrement populaire et rassemble des Sénégalais de tous âges. « Je suis là parce que le président bafoue la Constitution et qu’il n’a pas compris le message du 23 », explique un vieil homme qui lit le journal aux environs du rassemblement.

Pendant ce temps, un meeting du PDS...

Devant le siège du parti présidentiel, le PDS, se tient ce samedi après-midi le premier meeting du président Wade devant ses militants, comme un avant-goût de la campagne électorale à venir.

Les équipes du PDS espèrent rassembler 500 000 personnes. Le message de ce meeting est clair : malgré les tensions politiques et sociales qui agitent le pays en ce moment, Wade est toujours candidat à la présidentielle de 2012.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.