Republier
Internet

Sur Facebook, l’arabe tisse sa toile


©

C'est l'une des conséquences inattendues du printemps arabe et de l'utilisation des réseaux sociaux : d'ici un an, le réseau américain Facebook devrait compter davantage d'utilisateurs en langue arabe qu'en anglais dans les pays arabes. C'est du moins l'estimation faite par l’agence de relations publiques Spot on PR, qui analyse les contenus des réseaux sociaux.

Aujourd'hui, dix millions d'internautes utilisent la plateforme Facebook en arabe. Un chiffre qui augmente de façon quasi exponentielle. Dans les pays arabes, si les utilisateurs de Facebook en anglais progressent en rythme annuel de 45 %, cette augmentation atteint les 175 % pour les arabophones.

Des pays comme l'Algérie se distinguent avec une progression de 423 % des utilisateurs arabophones. L'Egypte est désormais le pays qui monte avec 7 millions d'utilisateurs dont 3,8 millions en arabe. Dans ce concert, seul le Maroc se distingue avec une écrasante majorité d'utilisateurs en langue française.

Le basculement vers l'arabe qui se profile dans les pays arabes traduit l'intérêt croissant des masses pour un outil de communication devenu un outil de réactivité sociale. Le printemps arabe est la cause principale de ce phénomène. Il aura démocratisé l'usage des réseaux sociaux. Si ces derniers ne sont bien évidemment pas la cause première des révoltes, ils sont cependant devenus en quelques mois les vecteurs essentiels de populations qui manquaient jusqu'alors de moyens d'information et de mobilisation.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.