Republier
Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : Amnesty International pointe du doigt les forces de sécurité gouvernementales

Duékoué, 18 mai 2011. Camp de déplacés de la communauté guéré, installé dans l'enceinte d'une mission catholique.
© © Reuters/Luc Gnago

En Côte d’Ivoire, Amnesty International accuse les forces de sécurité gouvernementales et une milice soutenue par les autorités actuelles d’avoir créé un climat de peur dans l’ouest du pays. Le rapport publié mercredi 27 juillet et basé sur une mission de deux semaines effectuée en juin, décrit un climat qui empêche des centaines de milliers de personnes déplacées suite aux violences postélectorales, de retourner chez elles. Au moins 500 000 Ivoiriens vivent hors de chez eux, ce qui explique le titre du rapport : « Nous voulons rentrer chez nous, mais nous ne pouvons pas ».

La majorité des populations de la région de Duékoué n'ose plus aller dans leurs champs. Des milliers de déplacés reportent toujours le retour dans leurs villages. Lerapport d’Amnesty International évoque des attaques perpétrées par les chasseurs dozos, supplétifs des Forces républicaines, contre des populations civiles.

Parmi les actes que dénonce Amnesty International, il y a des crimes de guerre et des crimes contre l’Humanité : des viols de femmes, des personnes attaquées de manière systématique uniquement parce qu’elles appartiennent à des ethnies considérées comme favorables à l’ex-président Laurent Gbagbo ou encore des actes de torture très graves.

« Ces actes sont vraiment assez terrifiants et ils sont commis en toute inpunité, constate Salvator Saguès, l'un des chercheurs qui ont travaillé sur le rapport d’Amnesty. Nous demandons au président Ouattara de réellement ouvrir une enquête là-dessus. Nous sommes très contents qu'il ait demandé à la Cour pénale internationale d'enquêter là-dessus. Mais il faut envoyer un signal très ferme maintenant pour que ces actes cessent ».

Selon le ministre ivoirien des Droits de l'homme, Gnenema Coulibaly, les Dozos ne sont plus habilités à assurer la sécurité. Le ministre ajoute que ces chasseurs traditionnels sont souvent sollicités par les populations elles-mêmes pour protéger leurs biens. Les Dozos seraient devenus une sorte de milice privée très redoutée.

Alassane Ouattara à l'ONU

En visite à l'ONU, ce mercredi, où il a rencontré le secrétaire général Ban Ki-moon, le président Ouattara n'a pas répondu directement et précisément aux accusations portées par Amnesty International concernant la région de Duékoué. Mais, il a réaffirmé à New York que tous les exilés doivent rentrer au pays dans les meilleures conditions possibles, y compris de sécurité.

Moi je ne protégerai personne. Je suis le président de tous les Ivoiriens.

Alassane Ouattara
28-07-2011

Alassane Ouattara doit se rendre  vendredi à Washington pour y rencontrer le président américain Barack Obama.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.