Le mois de ramadan 2011 débute ce lundi 1er août

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a fixé le début du ramadan à lundi 1er août à partir de l'observation de la lune lors de la traditionnelle cérémonie de la «nuit du doute».
© AFP PHOTO/Jewel Samad

Réuni dimanche 31 juillet 2011 en fin de journée à la Grande Mosquée de Paris, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a fixé le début du ramadan à ce lundi 1er août à partir de l'observation de la lune lors de la traditionnelle cérémonie de la «nuit du doute». Selon un sondage Ifop à paraître lundi dans La Croix, 71% des musulmans de France respectent le ramadan, ils étaient 60 % il y a vingt ans, mais la pratique du rite est à géométrie variable.

« Le croissant de lune, marquant le début du mois dans le calendrier lunaire, n'ayant pu être observé samedi soir, 30 juillet, le ramadan, le mois de jeûne musulman commencera lundi le 1er août », a annoncé la télévision d'Etat saoudienne Al-Ekhbariya. Il en sera de même aux Emirats arabes unis, au Qatar, au Koweït et au Yémen.

Le ramadan, un des cinq piliers de l’islam, correspond au neuvième mois lunaire de l'année musulmane et rappelle la révélation du Coran au prophète Mahomet par l'archange Gabriel. Ce mois sacré constitue l'un des cinq piliers de l'islam, avec la profession de foi, la prière, l'aumône et le pèlerinage.

Durant cette période, La Mecque, premier lieu saint de l'islam en Arabie Saoudite, rassemble traditionnellement des centaines de milliers de fervents pour le petit pèlerinage de la Omra. Pendant le ramadan, les musulmans doivent s'abstenir de manger, de boire, de fumer et d'avoir des relations sexuelles du lever au coucher du soleil. Le jeûne est rompu chaque jour par un iftar. Le ramadan coïncide cette année avec le mois d'août ce qui rend plus difficile l'observation du rite en raison de la chaleur estivale dans la plupart des pays et de la longueur du jeûne entre le lever et le coucher du soleil.

Le ramadan, l’occasion d’une trêve politique ?

Alors que l'armée américaine espère une accalmie lors du mois sacré de jeûne après une flambée de violence dans le sud de l'Afghanistan, dans les pays arabes, observateurs et croyants s'interrogent sur l'évolution des mouvements du « printemps arabe » ces prochaines semaines.

Cliquez pour agrandir
Les musulmans sont nombreux à se rendre dans les mosquées pour des «tarawhih»prières surérogatoires, en ce début de ramadan 2011. © REUTERS/Supri

En Syrie, les autorités syriennes redoutent les prières nocturnes pour lesquelles les fidèles se retrouvent dans les mosquées pendant tout le ramadan, un forum pour amplifier la contestation. Dans les milliers de mosquées convergeront tous les soirs des fidèles susceptibles de se transformer en autant de manifestants. Les Comités de coordination de la Révolution syrienne se réjouissent déjà de la perspective de voir « le régime effrayé par le ramadan ».

En Egypte, près d'une trentaine de partis politiques et d'organisations de jeunesse ont annoncé dimanche 31 juillet leur décision de suspendre leurs manifestations durant la période du ramadan.

Au Yémen, le président Ali Abdallah Saleh, hospitalisé à Ryad depuis une attaque début juin, a appelé ses opposants au dialogue pendant le mois de ramadan.

Maîtriser les prix et assurer un bon approvisionnement des marchés

A Tripoli, malgré les bombardements, les préparatifs du ramadan vont bon train raconte Aboubacar
01-08-2011
Par contre à Benghazi, le ramadan sera un peu plus frugal et les prix ont augmenté, selon Hicham
01-08-2011

En Egypte, le gouvernement a pris des dispositions pour maintenir le système de subventions qui permet de garder des prix très bas pour certains produits de base comme le pain.

En Arabie Saoudite, pourtant très peu touchée par le vent de contestation, le ministère du Commerce a imposé aux producteurs de lait de revenir sur leur décision d'augmenter les prix. Le gouvernement a en outre décidé de prendre à sa charge la moitié du prix de l'orge importé pour empêcher une augmentation des prix de la viande, tandis que dans les riches Emirats arabes unis, les autorités ont ordonné de proposer à chaque foyer du riz à moitié prix.

En France, certains quartiers de Paris sont déjà à l'heure orientale. A Barbès, dans le nord de la capitale, des restaurants ont modifié les menus. Dans les cuisines flottera pendant tout le mois des parfums de chorba ou de harira, ce potage épicé par lequel les pratiquants aiment rompre leur jeûne quand retentit l'adhan, l'appel à la prière.

L’industrie du luxe pénalisée par le ramadan ?

Palaces et boutiques de luxe à Paris qui ont l'habitude de voir défiler la riche clientèle du Moyen-Orient les mois d'été assurant un remplissage ou des ventes de haute volée, s'apprêtent à les voir repartir chez eux dès le début août cette année, en raison du ramadan.

Cette clientèle, qui loue des suites prestigieuses ou des étages entiers pour loger ses délégations, représente 15% des habitués du palace de l'avenue Montaigne, derrière les Etats-Unis (20%) et la Grande-Bretagne (18%).

En juin et juillet, le magasin Printemps, boulevard Haussmann, a mis à l'honneur le Moyen-Orient assurant un accueil « digne d'un palace », salon VIP, restaurant libanais, décoration aux inspirations orientales et services ultra personnalisés. L'été au Printemps, le Moyen-Orient représente à peu près 30% de la clientèle étrangère. Ce qui n'est pas le cas cette année.

S'ils sont peu nombreux au regard des Américains ou des Européens, avec 275 000 touristes seulement en 2010, soit 3,4% de l'ensemble de la clientèle étrangère, leur pouvoir d'achat est très important. Au magasin Printemps par exemple, cette clientèle peut dépenser de 3 000 euros à 20 000 euros par jour. Une goutte d'eau à côté des commandes spéciales passées dans les grandes maisons du luxe : Louis Vuitton, Hermès ou encore Chanel.

D'où l'importance de la date du ramadan pour les commerces du luxe. Cette année, le mois de jeûne et de prières débute avec le mois d'août. Le luxe, comme le monde des affaires, tourne au ralenti chaque année pendant cette période.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.