Au Sénégal, inquiétude sur le coût social du retrait des militaires français - Afrique - RFI

 

  1. 06:00 TU Journal
  2. 06:15 TU Sessions d'information
  3. 06:30 TU Journal
  4. 06:40 TU Sessions d'information
  5. 06:50 TU Sessions d'information
  6. 06:58 TU Sessions d'information
  7. 07:00 TU Journal
  8. 07:15 TU Sessions d'information
  9. 07:30 TU Journal
  10. 07:43 TU Sessions d'information
  11. 08:00 TU Journal
  12. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  13. 08:30 TU Journal
  14. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  15. 09:00 TU Journal
  16. 09:10 TU Priorité santé
  17. 09:30 TU Journal
  18. 09:33 TU Priorité santé
  19. 10:00 TU Journal
  20. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  21. 10:30 TU Journal
  22. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  23. 11:00 TU Journal
  24. 11:15 TU Sessions d'information
  25. 11:30 TU Journal
  1. 06:00 TU Journal
  2. 06:15 TU Sessions d'information
  3. 06:30 TU Journal
  4. 06:43 TU Sessions d'information
  5. 07:00 TU Journal
  6. 07:15 TU Sessions d'information
  7. 07:30 TU Sessions d'information
  8. 08:00 TU Journal
  9. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  10. 08:30 TU Journal
  11. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  12. 09:00 TU Journal
  13. 09:10 TU Priorité santé
  14. 09:30 TU Journal
  15. 09:33 TU Priorité santé
  16. 10:00 TU Journal
  17. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  18. 10:30 TU Journal
  19. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  20. 11:00 TU Journal
  21. 11:15 TU Sessions d'information
  22. 11:30 TU Journal
  23. 11:33 TU Sessions d'information
  24. 12:00 TU Journal
  25. 12:10 TU Grand reportage
fermer

Afrique

Défense France Sénégal

Au Sénégal, inquiétude sur le coût social du retrait des militaires français

media

A partir de ce 1er août 2011, la France maintient un effectif réduit de militaires au Sénégal. Neuf cents soldats français ont quitté Dakar. Ce départ massif inquiète les personnes qui travaillaient, de près ou de loin, avec les militaires français. Devant les locaux de l'ancien bataillon d’infanterie militarisé, à Bel Air, plusieurs chauffeurs de taxis, restaurateurs et vendeurs d’objets de souvenir vivent déjà dans l’incertitude. Selon le syndicat national des personnels des armées, près de 1 500 personnes seraient touchées par ce départ.

Deux tasses de thé à la main, Ass Dione prépare son traditionnel ataya, le thé local, qu’il partage avec ses collègues, dans sa boutique de souvenirs, située en face de l’ancien bataillon d’infanterie militarisé où étaient établis des militaires français. Depuis une semaine, ce vendeur voit ses clients plier bagages. Il a donc préféré ranger ses masques et ses djembés en bois. « Ça (le départ des militaires, ndlr) nous a surpris, ça nous a paralysés, s’exclame-t-il. Un jour viendra où nous trouverons un autre boulot, mais pour le moment, nous ne savons pas où aller ».

Même désarroi et même incertitude partagés par les quelques restaurateurs installés en face de cette ancienne base militaire. Les employés n’ont pas encore commencé à cuisiner, faute de clients. Et derrière sa caisse, Ass Sall constate déjà les dégâts. Ce départ des militaires «est quelque chose de très dur pour nous parce que l’armée française représentait beaucoup pour nous. Cela représentait 70 % de notre travail ! C'est une grande perte pour nous » dit-il, amer.
 
Au sein des bases militaires, sur les 260 employés locaux, 110 personnes ont opté pour un départ volontaire. Ndiouga Wade, le secrétaire général du syndicat national des personnels civils des armées, est satisfait des négociations sociales liées au départ massif des militaires français. «Nous avons opté, dans le cadre des négociations, pour des départs volontaires. Le plan social qui a été concocté prévoit des indemnisations pour les gens qui se sont inscrits sur les listes des départs volontaires», indique le syndicaliste.
 
Seule inconnue : l’avenir des nombreux employés qui gravitaient autour des militaires français. Le syndicat affirme avoir élaboré neuf projets afin de leur trouver de nouvelles activités. 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.