Republier
Sénégal

Sénégal : course contre la montre pour s'inscrire sur les listes électorales

Au Sénégal, des opposants au président Wade incitent les jeunes à s'inscrire sur les listes éléctorales.
© AFP/Moussa Sow

Les Sénégalais auront-ils tous le temps de s’inscrire sur les listes électorales ? La question préoccupe plusieurs partis politiques, syndicats et organismes de la société civile qui exigent la prorogation de l’inscription sur les listes électorales jusque fin septembre. Pour le moment, les Sénégalais ont jusqu’au 15 août pour s’inscrire. La révision du fichier électoral a débuté le 4 janvier 2011, mais par manque de communication autour de cette opération, peu de Sénégalais se sont inscrits.

Dès sa prise de fonction mercredi dernier, Cheikh Guèye, le nouveau ministre chargé des Elections, avait annoncé deux semaines supplémentaires pour s’inscrire sur les listes électorales. Car, depuis début juillet, les Sénégalais, surtout les jeunes, se ruent dans les centres d’inscription. Mais cela ne suffit pas. Dans l’opposition, on évalue à environ 1 300 000 le nombre de personnes à inscrire sur le fichier électoral. Or, le dernier décompte datant du 21 juillet, en recense seulement 140 000.

Campagne de sensibilisation

Pour combler ce gap, « Clarte dey Leer », le Cadre de lutte pour la transparence des élections, qui réunit une soixantaine de partis politiques et de mouvements citoyens, exige le report de la clôture des inscriptions à la fin septembre. « Au Sénégal, il existe des villages qui se situent à 100 km des centres d’inscription, donc cela décourage les gens qui veulent aller s’inscrire », déplore Amadou Daff, le coordonnateur national de cet organisme, qui propose la création de « commission itinérantes » pour toucher plus de monde. Par ailleurs, « ceux qui ont des récépissés –de cartes d’identité ou de carte d’électeur-, poursuit ce responsable, ont du mal à récupérer leurs cartes d’identités ». M. Daff dénonce aussi un « problème de disponibilité de matériel » dans les centres d’inscriptions, avant de conclure que « les conditions ne sont pas encore réunies pour permettre des inscriptions massives ».

Sur cette lancée, «Clarté dey Leer» souhaite que la prorogation soit assortie de mesures d’accompagnement. Ce mouvement encourage aussi les partis politiques et les mouvements citoyens à poursuivre leur campagne de sensibilisation auprès des Sénégalais pour qu’ils s’inscrivent massivement sur le ficher électoral.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.