Deux Européens enlevés au Nigeria apparaissent sur une vidéo

Trois Français, membres d'équipage du Bourbon Alexandre, ont été enlevés au large du Nigeria, dans la nuit de mardi 21 à mercredi 22 septembre 2010.
© RFI

Aqmi a-t-elle désormais les moyens d'opérer au Nigeria ? La question est aujourd'hui posée. Un Britannique et un Italien enlevés en mai dernier dans le nord-ouest du pays, non loin de la frontière avec le Niger apparaissent, pour la première fois depuis leur disparition, sur une vidéo, dans laquelle ils décrivent leurs ravisseurs comme appartenant à « Al-Qaïda ».

Le kidnapping des deux étrangers le 12 mai dernier était un fait inhabituel dans le nord du Nigeria, avec cette vidéo rendue publique deux mois après la prise d’otage, l’affaire prend une tournure encore plus intrigante.

Dans le court film transmis à l’Agence France Presse d’Abidjan, les ingénieurs en construction, un Britannique et un Italien, ont les yeux bandés. Ils sont agenouillés devant trois hommes debout, armés de fusils automatiques et le visage masqué par des turbans, qui restent silencieux.

Les deux otages s'expriment tour à tour. Ils déclinent leur identité puis demandent à leurs gouvernements respectifs de répondre aux revendications de leurs ravisseurs, présentés comme appartenant à « Al-Qaïda », sans plus de précisions.

Quelles sont au juste ces revendications ? Les ravisseurs appartiennent-ils réellement à al-Qaïda ? Il est vrai que lors de l'enlèvement, une importante somme d’argent n’avait pas été emportée et aucune de demande de rançon effectuée comme cela se passe d’ordinaire au Nigeria.

Selon un sous-traitant de B.Stabilini, l’entreprise qui employait les deux expatriés, personne ne peut dire de qui il s’agit car il n’y a eu, jusque-là, « aucun contact ».

Si les preneurs d’otage s’avèrent être Aqmi, la branche d’al-Quaïda au Maghreb islamique, ce serait la première fois qu’ils seraient parvenus à opérer au Nigeria.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.