Des figures de l'ex-rébellion dans la nouvelle organisation de l'armée ivoirienne

De gauche à droit, les «com-zone», promus par le président Ouattara: Touré Sékou, Issiaka Ouattara alias Wattao, Zakaria Koné, Chérif-Ousmane et Hervé Touré alias Vetcho
© AFP/Sia Kambou

Mercredi 3 août, la chaîne de commandement de l’armée ivoirienne a été nommée. Le président Alassane Ouattara en a profité pour recycler dans la nouvelle armée des figures majeures et controversées de l'ex-rébellion qui l'a soutenue. Une étape dans la délicate réunification des anciens belligérants après la sanglante crise post-électorale.

La mise sur pied d’une chaîne de commandement claire au sein de la nouvelle armée ivoirienne en construction est-elle suffisante à ce stade ? Les nouveaux responsables sont issus des ex-Forces de défense de sécurité et des ex-Forces Nouvelles. Des figures connues de l’ex-rébellion héritent donc des postes comme commandant en second de la garde républicaine, qui fut un pilier du régime Gbagbo, pour Issiaka Ouattara, dit Wattao.

Chérif Ousmane, qui commandait la zone de Bouaké a été nommé commandant en second du Groupe de sécurité de la présidence de la République. Auparavant commandant de la zone de Korhogo dans le nord et à ce titre chargé de la sécurité de Laurent Gbagbo qui y est en résidence surveillée depuis avril, Martin Fofié Kouakou devient commandant de la Compagnie territoriale de cette ville.

Des nominations très critiquées par l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch. Chérif Ousmane et Martin Fofié Kouakou*.  Ce qui fait dire à Matt Wells, chargé de l’Afrique de l’Ouest à HRW, que malgré les déclarations répétées du président Ouattara que tous les Ivoiriens seront désormais logés à la même enseigne, ceux qui sont proches du nouveau pouvoir semblent rester au-dessus de la loi.

A lire également: rapport 2010 du groupe d'expert de l'ONU sur la Côte d'Ivoire

                                                           ______________________

*Caporal-chef, commandant des Forces nouvelles pour le secteur de Korhogo, en charge de la surveillance du président déchu Laurent Gbagbo, Martin Kouakou Fofié est, depuis 2006, sous les coup de sanctions de l'ONU pour recrutement d’enfants soldats, enlèvements, imposition du travail forcé,sévices sexuels sur les femmes, arrestations arbitraires et exécutions extrajudiciaires. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.