Mauritanie : inculpation de militants anti-esclavagistes

Une femme victime de l’esclavage sous une tente près de Chegar, en Mauritanie.
© GETTYImages

Neuf militants de l'organisation anti-esclavagiste mauritanienne IRA ont été inculpés hier, mardi 9 août 2011, pour appartenance à une organisation non reconnue, rassemblement interdit et rébellion. Ces militants avaient été arrêtés jeudi dernier lors d'un sit-in organisé devant la brigade des mineurs pour dénoncer un cas d'esclavage présumé.

Les neuf militants anti-esclavagistes ont été conduits à la prison de Dar Naim immédiatement après leur inculpation pour rassemblement interdit, appartenance à une organisation non reconnue, et rébellion. L’un d’eux est également accusé d’agression sur un officier de police.

Il y a une semaine, l’Ira dit avoir auditionné une mineure de 10 ans et décidé de porter plainte contre la femme chez qui elle habitait pour pratiques esclavagistes. Arrêtée par la brigade des mineurs, la suspecte aurait nié jusqu’à l’existence de la fillette qui demeure à présent introuvable. La femme a toutefois été inculpée pour pratique esclavagiste mais devrait être libérée sous contrôle judiciaire.

« L’esclavage n’existe pas en Mauritanie... »

C’est pour dénoncer cette libération que l’Ira a organisé un sit-in jeudi dernier devant la brigade. Selon le président de l’Organisation Birame Ould Abeid , les militants se sont couchés devant les portes pour empêcher la sortie de l’inculpée. La police les aurait alors délogés par la force, usant de matraques et gaz lacrymogènes et blessant légèrement onze personnes. Neuf autres arrêtées, ont donc été inculpées mardi 9 août.

Birame Ould Abeid conteste les chefs d’inculpation. Il affirme en particulier que si son organisation n’a toujours pas de statut officiel, c’est que cette demande de reconnaissance déposée en juin 2010 est bloquée au ministère de l’Intérieur. « Le président Ould Abdel Aziz a dit vendredi dernier que l’esclavage n’existe pas en Mauritanie, notre association est donc gênante », conclut-il.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.