Republier
Libye

En Libye les rebelles avancent et l'Otan intensifie son offensive

La rébellion a pris le contrôle de la ville de Sabratha à l'ouest de Tripoli, le 18 août 2011.
© Reuters/Bob Strong

Plusieurs explosions ont secoué la capitale libyenne la nuit dernière. Vers 01H00 (23H00 TU), plusieurs détonations ont été entendues dans le secteur de la résidence du colonel Mouammar Kadhafi dans le centre de Tripoli, ainsi qu'à l'ouest de la capitale. Dans la journée, le centre de Tripoli et sa banlieue est, Tajoura, avaient été également la cible de raids. L'Alliance atlantique a intensifié ses raids ces derniers jours sur les environs de la capitale libyenne alors que les rebelles en approchent. Ils ont pris le contrôle d'une partie de la ville de Zaouiah, à 40 km à l'ouest de Tripoli, avec le soutien aérien de l'Otan.

Dans leur poussée, les rebelles ont tenu à avancer coûte que coûte et attaquer au plus vite les villes les plus stratégiques pour enserrer Tripoli : Gariane à 80 km plus au sud et Zaouiah à 50 km à l'ouest.

Mais pour atteindre ces villes et s'épargner des combats meurtriers, l’insurrection a préféré prendre le risque de laisser derrière elle des poches de résistance kadhafistes en les contournant plutôt qu'en les affrontant. Ainsi le village d'Assabah, situé juste avant Gariane, sur la route de la capitale, est toujours aux mains des loyalistes. Mais coupées de leurs base ces troupes n'inquiètent pas l'opposition armée qui préfére tenter de négocier avec eux pour obtenir leur reddition. Les défections auraient d'ailleurs facilité l'avancée des rebelles dans Gariane, dont certain s'avouent parfois surpris par le manque de combativité de leurs adversaires.

C’est loin d'être le cas à Zaouiah. Dans cette ville clé, d'environ 200 000 habitants, les bombardements continuent et les combats meurtriers se mènent rue par rue au milieu des habitations. Postés sur les toits, les snipers du colonel Kadhafi contrôlent toujours  l'artère principale de la ville infligeant encore de lourdes pertes aux rebelles et les ralentissant dans leur progression vers Tripoli.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.