Le pétrole libyen se fera attendre

A Misrata, une raffinerie de pétrole atteinte par un tir de roquette, le 24 juillet 2011.
© Reuters/Thaier al-Sudani

Sur le marché du pétrole, ce mardi 23 août 2011, les cours mondiaux ont baissé ces dernières heures. Les traders tablent sur une reprise rapide des livraisons libyennes après la chute du régime Kadhafi. Mais les espoirs des traders pourraient être déçus.

Jusqu’au mois de février dernier, la Libye était le quatrième producteur et exportateur de pétrole sur le continent africain. Le régime du colonel Kadhafi comptait sur des exportations quotidiennes de 1, 46 million de barils/jour. Mais depuis le début des hostilités entre les rebelles de Benghazi et le pouvoir de Tripoli, ces exportations se sont effondrées. Les deux camps se sont en effet disputés le contrôle des champs de pétrole, des oléoducs, des raffineries et des six terminaux pétroliers permettant l’exportation vers le marché mondial. L’une des principales batailles, tout au long de ces six mois, a eu lieu autour du terminal de Brega. Les deux camps n’ont cessé de s’y battre, perdant et reprenant à tour de rôle le contrôle des installations pétrolières.

2% de la production mondiale

A tel point qu’on ignore aujourd’hui dans quel état sont ces équipements. Au mieux, les remettre en service demandera quelques mois. Mais la plupart des spécialistes estiment que les exportations pétrolières de la Libye ne pourront reprendre leur cours normal et retrouver leur niveau pré-révolutionnaire avant un an. C’est dire que les traders qui font baisser les cours du pétrole parce qu’ils anticipent un retour des livraisons libyennes commettent une grossière erreur. D’autant plus qu’avec 1, 46 million de barils/jour, la Libye ne fournit que 2% de la consommation mondiale de pétrole, c'est-à-dire assez peu de choses.

L’analyse de Francis Perrin
23-08-2011

Cela n’empêche pas les intérêts pétroliers du monde entier de faire les yeux doux au Conseil national de transition (CNT). Le sous-sol libyen regorge en effet de pétrole. S’y trouvent les plus importantes réserves de brut de tout le continent africain. Avec des investissements en conséquence, la production habituelle de la Libye pourrait donc augmenter de manière significative, à terme. Les Européens sont les premiers intéressés. Traditionnellement, la Libye exportait 85% de sa production vers le vieux continent. Ce sont d’ailleurs des ingénieurs italiens, envoyés par la compagnie pétrolière nationale ENI qui, les premiers, ont fait leur retour sur le territoire libyen. ENI est installée en Libye depuis les années 1950, donc bien avant la prise de pouvoir du colonel Kadhafi. En 2010, les Italiens assuraient la production de 270 000 barils/jour. Ce qui faisaient d’eux le principal groupe étranger en Libye.

Des promesses de contrats

Une fois la paix revenue et un pouvoir démocratique établi, le groupe pétrolier italien espère bien retrouver sa place de choix dans la production pétrolière libyenne. Fort du rôle de la France dans l’appui à la rébellion, le groupe Total compte aussi jouer un rôle important. Les porte-parole des rebelles libyens ont d’ailleurs assuré qu’ils accorderaient beaucoup d’importance à la position des uns et des autres pendant le conflit pour octroyer les contrats. Seraient sanctionnés, les pétroliers chinois, russes et brésiliens.

Notre dossier spécial

Ces promesses font cependant sourire les spécialistes qui en ont l’habitude et savent bien que, la paix revenue, les intérêts purement financiers et économiques reprendront le dessus, reléguant à un second plan les engagements pris au cœur de la bataille.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.