L'Union africaine ne reconnaît pas le CNT

Le président de la commission de l'Union africaine, Jean Ping à Addis Abeba, ce jeudi 25 août.
© REUTERS

L'Union africaine ne reconnaît pas le Conseil national de transition libyen. L'organisation a réuni, vendredi 26 août 2011, un conseil de paix et de sécurité sur la question. Il a fallu près de quatre heures de délibération pour que l'Union en arrive à cette conclusion. Bien que plusieurs pays comme le Burkina, le Tchad ou l'Ethiopie, aient reconnu le gouvernement du CNT, l'Union africaine se dit unie dans son refus de reconnaissance.

Notre dossier spécial

Le Conseil national de transition ne représente pas un gouvernement « légitime », a estimé Jacob Zuma, président sud-africain et membre du comité ad hoc sur la Libye. Ce que le conseil de paix et de sécurité demande, c'est la mise en place d'un gouvernement de transition chargé d'instaurer les mécanismes démocratiques. Ce gouvernement sera alors invité à occuper le siège de la Libye au sein de l'Union.

Mais l'ambassadeur libyen auprès de l'organisation panafricaine, Ali Abdallah Awidam reste serein. « Tout ce que demande l'Union est déjà prévu dans notre Constitution. De toute façon l'Union africaine est composée d'Etats membres et une vingtaine d'entre eux nous ont déjà reconnus », s'est félicité l'ambassadeur.

Pour Jacob Zuma la reconnaissance de certains Etats ne vaut rien dans le contexte de l'organisation. « Ce sont des choix nationaux qui ne relèvent que de leur souveraineté », a-t-il conclu. Plusieurs Etats membres de l'Union avaient déjà affirmé leur refus de reconnaître le CNT, notamment le Zimbabwe et l'Algérie. L'Afrique du Sud a également libéré les avoirs libyens à contrecœur.

Je ne vois pas pourquoi l'on dit qu'il y a des différends. Les pays qui ont reconnu le CNT l'ont fait sur la base de leur propre souveraineté et politique nationale. Ceux qui ne l'ont pas reconnu, l'ont aussi fait en fonction de leur politique nationale, etc... Quoiqu'il en soit, nous nous sommes rencontrés ici, nous avons discuté et nous sommes tombés d'accord. L'Union africaine est unie dans la décision qui vient d'être prise. Un processus est en cours en Libye. Les forces du CNT sont en train de prendre contrôle de Tripoli et revendiquent la prise de la ville, mais il y a toujours des combats en Libye. On ne peut donc pas prendre position et dire «c'est le gouvernement légitime». Le processus est encore fluide...

Jacob Zuma, président d'Afrique du Sud et membre du Comité ad hoc sur la Libye
27-08-2011

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.