Republier
Togo

Togo : ouverture du procès de Kpatcha Gnassingbé, frère du président togolais

Kpatcha Gnassingbé, le frère du président togolais, lors d'une cérémonie à Lomé le 13 janvier 2006 alors qu'il était ministre de la Défense du Togo.
© (Photo : AFP)

C'est le procès que tout le monde attend à Lomé : celui de Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du président togolais. Voilà deux ans, quatre mois et deux semaines qu'il a été arrêté et qu'il est détenu au secret à l'Agence nationale de renseignement. Il est retenu pour complot et tentative d'attentat contre la sûreté de l'Etat, avec 32 autres personnes. Il est accusé d'avoir eu l'intention de renverser son frère président. Voilà qui sonne comme un vrai drame shakespearien sur la scène de Lomé. C'est après la mort du père que la fratrie a commencé à se déchirer.

Acte 1 : février 2005. Gnassingbé Eyadéma meurt après 37 ans de pouvoir au Togo.
Parmi ses fils, Faure et Kpatcha se préparaient déjà à prendre la relève. Faure, l'aîné, a étudié l'économie en France et aux Etats-Unis. Il est discret. Le contraire de Kpatcha, au parcours scolaire beaucoup plus modeste, et au physique imposant. Lui, cultive son goût pour les voitures américaines et ses liens avec les militaires.

Togo : Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du président togolais et ses co-détenus passeront enfin devant le juge ce 1er septembre.
31-08-2011

A la mort du père, Kpatcha s'efface toutefois derrière son frère. Enfin pas tout à fait. Faure devient président. Mais Kpatcha contrôle l'armée. Et après l'élection qui confirme son frère à la présidence, en avril 2005, Kpatcha est l'un des maîtres d'œuvre de la répression qui fait plus de 400 morts selon l'ONU.

Acte 2 : une fois la victoire du clan assuré, Kpatcha réclame et obtient le ministère de la Défense. Populaire dans le nord du pays, la région des Gnassingbé, et dans l'armée, Kpatcha est en compétition permanente avec son frère. Il est même surnommé le « vice-président du Togo ». Limogé en 2007, il est de plus en plus perçu comme un possible rival de son frère pour la présidentielle de 2010. Mais quelques mois plus tôt, il est arrêté, et accusé de tentative d'atteinte à la sûreté de l'Etat.

Aujourd'hui, s'ouvre l'acte 3 : détenu depuis plus de deux ans au secret dans les geôles de l'Agence nationale de renseignement, le frère ennemi est emmené devant les juges.

* A lire égarlement : « Famille, je vous hais » par Christophe Boisbouvier

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.