Republier
Libye

Le nouveau pouvoir libyen prend forme


©

En Libye, la normalisation est en marche à Tripoli que le CNT est déterminé à sécuriser, avec l'aide des Nations unies. Un conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU est arrivé le 3 septembre dans la capitale libyenne. Mais les combats continuent à Bani Walid, pour tenter de prendre ce bastion, l'un des derniers avec Syrte, de Kadhafi, toujours introuvable. Parmi les hommes qui ont été recrutés pour défendre le régime de Tripoli, plusieurs anciens combattants touaregs ont commencé à rentrer au Niger. Témoignages.

Ils étaient trois ex-combattants nigériens à rentrer à Agadez peu avant la fête de Ramadan. Ils revenaient du front en Libye où ils avaient combattu aux côtés des troupes de Kadhafi à Benghazi, Brega et Misrata. L’un d’entre eux, blessé aux combats, a accepté de témoigner :

«J’étais à plat ventre pendant le combat. J’avais une mitrailleuse. Je me lève un instant et je coïncide avec un tir de RPG de l’un de mes compagnons. J’ai reçu dans la poitrine la partie du missile qui se projette en arrière. C’était à Misrata. Depuis cette blessure je ne suis plus jamais retourné au front. »

Il a été soigné d’abord à Zlita puis à Tripoli. C’est là qu’il a réussi à s’échapper pour aller vers la frontière algérienne. Avec un groupe de Maliens, il est allé d’abord au Mali avant de rentrer au Niger. La mort, il l’a côtoyée dit-il. 

 « Parmi les Nigériens et les Maliens, il y a eu beaucoup de morts. Dieu seul sait combien sont morts. Certains morts, je les connais, d’autres je ne les connais pas. On n’avait pas le temps de compter les morts de toute façon mais il y a au moins 40 morts par jour sans compter les blessés. »

Quelques jours après son retour à Agadez, il apprenait la mort de quelques autres de ces camarades restés au front en Libye.

La souffrance, seul lot

Un autre touareg qui a combattu dans les forces pro-Kadhafi témoigne aussi : « C”est Aghali Alambo qui nous a fait partir pour combattre en Libye, il nous a promis à chacun trois millions et demi. Il avait promis que cet argent allait être envoyé à nos familles, il n’en était rien. Nos familles n’avaient rien reçu, nous non plus. La souffrance c’est tout ce que nous avons eue. Nous avons combattu trois mois durant sur le front de Benghazi, de Brega et de Misrata».

« On était environ 200 personnes, poursuit-il, à quitter le pays. Arrivés à Tripoli, c’est Aghali Alambo lui-même qui nous a hébergés dans un hôtel au bord de la mer. Il venait nous voir jusqu’à notre transfert dans une compagnie militaire pour une formation sur certaines catégories d’armes avant d’aller au front. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.