RDC : la candidature de Tshisekedi marquée par des violences - Afrique - RFI

 

  1. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU Autour de la question
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU Autour de la question
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Radio foot internationale
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Radio foot internationale
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Sessions d'information
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Sessions d'information
  14. 16:40 TU Accents d'Europe
  15. 17:00 TU Journal
  16. 17:10 TU Décryptage
  17. 17:30 TU Journal
  18. 17:33 TU Sessions d'information
  19. 17:40 TU Débat du jour
  20. 18:00 TU Journal
  21. 18:10 TU Grand reportage
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU La bande passante
  25. 19:30 TU Journal
  1. 13:33 TU Danse des mots
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU Autour de la question
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU Autour de la question
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Radio foot internationale
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Radio foot internationale
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Sessions d'information
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Sessions d'information
  14. 16:40 TU Accents d'Europe
  15. 17:00 TU Journal
  16. 17:10 TU La bande passante
  17. 17:30 TU Journal
  18. 17:33 TU Sessions d'information
  19. 17:40 TU La bande passante
  20. 18:00 TU Journal
  21. 18:10 TU Grand reportage
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU Décryptage
  25. 19:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

RDC

RDC : la candidature de Tshisekedi marquée par des violences

media

Etienne Tshisekedi a déposé officiellement hier lundi 5 septembre sa candidature auprès de la Commission électorale, en vue de la présidentielle. A cette occasion, il a annoncé que les négociations avec les autres composantes de l’opposition qui ne se sont pas ralliées à lui étaient terminées. Il n’y aura donc pas de candidature unique de l’opposition. Dans la soirée, le siège de l'UDPS à Kinshasa a été détruit.

Dernière minute : le siège du parti d'opposition UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) a été saccagé à Kinshasa par des hommes armés dans la nuit du lundi au mardi 6 septembre 2011. Joint ce mardi matin par RFI, le directeur de cabinet d'Etienne Tshisekedi, Albert Moleka, précise qu'il avait reçu des menaces le prévenant de cette attaque ces derniers jours, et qu'il en avait informé les autorités. La résidence du leader de l'opposition a également été attaquée.

L'UDPS a sans doute également été visé dans un autre autre incident survenu cette nuit.
Les locaux de de la chaîne de télévision RLTV ont été incendiés. Aucune victime mais le parti RCD National (Rassemblement congolais pour la démocratie) - propriétaire de la chaîne - affirme que tout a été détruit. Le RCD National, dirigé par Roger Lumbala, est un mouvement qui soutient la candidature d'Etienne Tshisekedi.

Selon des sources policières, une permanance du PPRD (Parti du peuple pour le renouveau et la démocratie), le parti au pouvoir, a été incendiée dans la soirée, ainsi que trois véhicules, occasionnant une douzaine de blessés.


Avec notre correspondant à Kinshasa

La candidature d’Etienne Tshisekedi, vue du côté rue, c’est une foule de sympathisants solidement maintenus à distance. La même candidature, vue de l’intérieur du bureau de la Commission électorale cette fois, c’est une foule de journalistes. Devant cette cohue, Etienne Tshisekedi, totalement impassible, donne son sentiment après avoir signé son formulaire. Après trente ans de carrière politique, c’est la première fois qu’il est candidat à une élection présidentielle.

De nombreux supporters de l'opposant s'étaient donnés rendez-vous autour de leur champion. RFI/Bruno Minas

Il sait pourtant qu’il ne s’agit pas là d’une candidature unique pour l’opposition et a tiré un trait sur cette idée. « Comme je suis démocrate, explique-t-il, je respecte les opinions de tous. Seulement, je crois mettre fin à ce processus de consultation et il n’est pas question pour moi, après ça, de créer des négociations quelconques  ». Mais Etienne Tshisekedi ne croît pas pour autant qu’une opposition désunie soit nécessairement perdante. « Il faut tenir compte de la maturité de notre peuple qui sait en qu’il a confiance, ajoute-t-il. Que les candidats soient mille ou cent, cela importe peu ».

Pour l’heure le combat de Tshisekedi reste d’exiger la transparence du scrutin. Son parti va encore manifester ce jeudi 8 septembre.

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.