La Côte d'Ivoire fixe les législatives au 15 décembre 2011


©

Un an après la présidentielle, les Ivoiriens devraient se rendre aux urnes d’ici trois mois pour élire leurs députés. Le Premier ministre, Guillaume Soro, a annoncé la tenue des législatives au plus tard le 15 décembre, lors du Conseil des ministres le 7 septembre 2011. Le chef du gouvernement ivoirien et son équipe comptent tout faire pour respecter le délai fixé. L'Assemblée nationale ivoirienne n'a pas été renouvelée depuis la législature de 2000 en raison de la crise militaro-politique déclenchée en septembre 2002 après la tentative de renversement du régime de l'ex-président Laurent Gbagbo.

La Côte d’Ivoire aura-t-elle un nouveau Parlement avant la fin de l’année ? Alassane Ouattara l’a promis lors de son investiture le 21 mai dernier et veut honorer sa promesse. Pour le président ivoirien, le pays « sera en chantier dans les prochaines semaines ». Il tient donc à ce que de nouveaux députés puissent être élus avant le début des grands projets de développement annoncés pendant la campagne pour la présidentielle, l’année dernière.

Mais pour organiser ces législatives, la date du 15 décembre est-elle tenable ? Oui, explique-t-on à la Commission électorale indépendante. Nous travaillons pour être techniquement prêts à la mi-décembre, indique le chargé de la communication de la CEI, Baba Nicolas Coulibaly. Malgré les pertes subies suite aux pillages pendant la crise post-présidentielle, par exemple le matériel informatique emporté ou saccagé, la CEI est en mesure de conduire de scrutin dans des conditions acceptables.

Certains membres du personnel avaient sauvegardés toutes les données qui ont servi pour la présidentielle, le plus difficile ayant été d’organiser l’élection majeure l’année dernière. La CEI devrait rencontrer le 12 septembre ses partenaires, notamment les bailleurs de fonds, qui devraient financer ces élections législatives attendues. Avant le chiffrage définitif, leur coût est estimé à environ huit milliards de francs CFA.