La Côte d'Ivoire fixe les législatives au 15 décembre 2011 - Afrique - RFI

 

  1. 04:30 TU Journal
  2. 04:33 TU Sessions d'information
  3. 04:37 TU Grand reportage
  4. 04:57 TU Sessions d'information
  5. 05:00 TU Journal
  6. 05:15 TU Sessions d'information
  7. 05:30 TU Journal
  8. 05:40 TU Sessions d'information
  9. 05:50 TU Sessions d'information
  10. 06:00 TU Journal
  11. 06:15 TU Sessions d'information
  12. 06:30 TU Journal
  13. 06:43 TU Sessions d'information
  14. 07:00 TU Journal
  15. 07:10 TU Sessions d'information
  16. 07:30 TU Journal
  17. 07:40 TU Grand reportage
  18. 08:00 TU Journal
  19. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  20. 08:30 TU Journal
  21. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  22. 09:00 TU Journal
  23. 09:10 TU Priorité santé
  24. 09:30 TU Journal
  25. 09:33 TU Priorité santé
  1. 04:30 TU Sessions d'information
  2. 05:00 TU Journal
  3. 05:15 TU Sessions d'information
  4. 05:30 TU Sessions d'information
  5. 06:00 TU Journal
  6. 06:15 TU Sessions d'information
  7. 06:30 TU Journal
  8. 06:43 TU Sessions d'information
  9. 07:00 TU Journal
  10. 07:10 TU Sessions d'information
  11. 07:30 TU Sessions d'information
  12. 08:00 TU Journal
  13. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  14. 08:30 TU Journal
  15. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  16. 09:00 TU Journal
  17. 09:10 TU Priorité santé
  18. 09:30 TU Journal
  19. 09:33 TU Priorité santé
  20. 10:00 TU Journal
  21. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  22. 10:30 TU Journal
  23. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  24. 11:00 TU Journal
  25. 11:15 TU Sessions d'information
fermer

Afrique

Alassane Ouattara Côte d'Ivoire Politique Côte d'Ivoire

La Côte d'Ivoire fixe les législatives au 15 décembre 2011

media

Un an après la présidentielle, les Ivoiriens devraient se rendre aux urnes d’ici trois mois pour élire leurs députés. Le Premier ministre, Guillaume Soro, a annoncé la tenue des législatives au plus tard le 15 décembre, lors du Conseil des ministres le 7 septembre 2011. Le chef du gouvernement ivoirien et son équipe comptent tout faire pour respecter le délai fixé. L'Assemblée nationale ivoirienne n'a pas été renouvelée depuis la législature de 2000 en raison de la crise militaro-politique déclenchée en septembre 2002 après la tentative de renversement du régime de l'ex-président Laurent Gbagbo.

La Côte d’Ivoire aura-t-elle un nouveau Parlement avant la fin de l’année ? Alassane Ouattara l’a promis lors de son investiture le 21 mai dernier et veut honorer sa promesse. Pour le président ivoirien, le pays « sera en chantier dans les prochaines semaines ». Il tient donc à ce que de nouveaux députés puissent être élus avant le début des grands projets de développement annoncés pendant la campagne pour la présidentielle, l’année dernière.

Mais pour organiser ces législatives, la date du 15 décembre est-elle tenable ? Oui, explique-t-on à la Commission électorale indépendante. Nous travaillons pour être techniquement prêts à la mi-décembre, indique le chargé de la communication de la CEI, Baba Nicolas Coulibaly. Malgré les pertes subies suite aux pillages pendant la crise post-présidentielle, par exemple le matériel informatique emporté ou saccagé, la CEI est en mesure de conduire de scrutin dans des conditions acceptables.

Certains membres du personnel avaient sauvegardés toutes les données qui ont servi pour la présidentielle, le plus difficile ayant été d’organiser l’élection majeure l’année dernière. La CEI devrait rencontrer le 12 septembre ses partenaires, notamment les bailleurs de fonds, qui devraient financer ces élections législatives attendues. Avant le chiffrage définitif, leur coût est estimé à environ huit milliards de francs CFA.

Le FPI risque de boycotter les législatives

Sur les trente et un membres de la CEI, quatorze manquaient à l’appel à la fin de la crise post-électorale, certains ayant été nommés ailleurs par les nouvelles autorités ivoiriennes. La Commission électorale indépendante a été complétée récemment.

Mais le FPI dit être sous-représenté. Les cadres du parti de Laurent Gbagbo estiment que les ex-Forces Nouvelles ou ancienne rébellion, qui travaillent aujourd’hui avec le RHDP, ont trop de représentants à la CEI, six au total au lieu d’en avoir deux.

En fait, la composition de la CEI a été fixée par les accords de Linas-Marcoussis de janvier 2003, négociés par dix composantes politiques et politico-militaires, dont le MJP, le MPCI et le MPIGO, devenus plus tard Forces Nouvelles. Les trois mouvements, qui n’existent plus aujourd’hui, sont représentés par deux membres chacun. Ce qui fait bondir, le FPI.

Certains responsables de ce parti envisagent même de boycotter les législatives, pour ne pas participer à des élections dont « les dés sont pipés d’avance », explique le président par intérim du parti, Sylvain Miaka Ouretto.

Pendant ce temps, les partis membres du RHDP préparent activement ces élections, quelle que soit la date retenue. Malgré quelques divergences sur le mode de désignation des candidats, ils veulent offrir au président Ouattara une majorité confortable.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.