Julius Malema coupable d’incitation à la haine pour un juge de Johannesburg


©

Chanter Shoot the Boer (Tuer le fermier blanc), un chant de lutte hérité de l’apartheid, est un appel à la haine. C’est le jugement prononcé, ce lundi 12 septembre 2011 au matin, par un juge de la Haute cour de Johannesburg dans l’affaire qui opposait Afriforum, un groupe de pression qui dit représenter les Afrikaners, à Julius Malema, le président de la Ligue de la Jeunesse du Congrès national africain (ANC). Un jugement qui n’a rien à voir avec le conseil de discipline de l’ANC devant lequel Malema est aussi poursuivi pour les mêmes faits.

Julius Malema n’était pas dans la salle ce matin pour le prononcé du jugement. Et les alentours du palais de justice étaient bien plus calmes que lors des audiences précédentes. Un petit groupe d’une trentaine de partisans étaient venus apporter leur soutien au président de la ligue de la Jeunesse de l’ANC, et réclamer le droit de continuer à Chanter Shoot the Boer en public.

Pendant plus de deux heures, le juge a retracé l’histoire de l’Afrique du Sud et de l’Apartheid. Il n’a pas retenu les arguments de la défense qui expliquait qu’il ne s’agissait que de paroles symboliques, les Boers étant le régime, et la chanson appelant à détruire le régime. Le juge a répondu qu’il s’agissait de paroles insultantes, déshumanisantes. Dans la chanson, les Boers sont taxés de violeurs, de voleurs. Et pour le tribunal, depuis la fin de l'apartheid en 1994, « l'ennemi est devenu l'ami, le frère. Les membres de la société doivent accepter tous les citoyens comme leurs frères, et, cette nouvelle approche doit être encouragée ».

Pour lui, continuer à entonner ce chant de lutte en public est donc bien une incitation à la haine. Julius Malema n’a plus le droit de chanter, et il a été condamné à payer une partie des frais de justice.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.