Republier
Madagascar

Madagascar: un accord, mais quelles suites ?


©

A Madagascar, une nouvelle étape de la transition s’ouvre après la signature, dans la nuit de vendredi 16 à samedi 17 septembre 2011, de la feuille de route de sortie de crise. Toutes les entités, excepté celle de l’ancien chef d’Etat Didier Ratsiraka, se sont mises d’accord de manière inattendue, notamment concernant le sort du président évincé Marc Ravalomanana. Celui-ci pourra revenir d’exil, mais devra se soumettre à la justice malgache. Mais d’autres inconnues demeurent pour mettre en œuvre un processus devant mener à des élections crédibles.


La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) l’a rappelé avec vigueur : « c’est le début du processus, et non la fin ». Et les jours à venir vont montrer si l’accord signé vendredi est viable. 

Il va déjà falloir faire de la place dans les institutions pour les partisans des anciens présidents Ravalomanana et Zafy, alors que la transition avait déjà installé un Parlement et surtout un gouvernement d’Union nationale. 

Le général Camille Vital conservera-t-il ainsi son poste de Premier ministre ? Son sort est entre les mains d’Andry Rajoelina, confirmé lui comme président de la transition, et qui dispose jusqu’à preuve du contraire d’un rapport de force favorable.

Elections crédibles

Le grand enjeu de la période qui démarre sera évidemment l’organisation d’élections crédibles. La feuille de route impose un cadre assez strict, mais ne précise pas le calendrier, qui doit être déterminé par les experts nationaux et étrangers.  

La communauté internationale va rester très attentive à l’évolution de la situation, et si elle a promis de lever progressivement ses sanctions, elle attend des gages de la part des uns et des autres. 

Car ce n’est pas la première fois qu’un tel consensus est trouvé. Fin 2009, déjà, l’accord d’Addis Abeba devait régir la transition, mais il avait très vite volé en éclat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.