Afrique du Sud : le projet de loi controversé sur la presse est reporté sine die


©

Le Parlement sud-africain reporte le vote du projet de loi sur la protection de l’information. Il s’agit d’un texte très polémique, connu en Afrique du Sud sous le nom de Secrecy Bill. Il devait être adopté cette semaine. Ses détracteurs l'accusent de de vouloir museler la liberté de la presse.

L’ANC, majoritaire à l’Assemblée, a finalement décidé de reporter à plus tard le vote de ce texte très décrié. Sans doute d’ici la fin de l’année selon le président du groupe à l’Assemblée, qui précise que ce report doit permettre de plus amples consultations sur le sujet.

Le projet de loi prévoit dans sa forme actuelle des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement pour toute personne dévoilant des secrets d’Etat. Pour les opposants à ce texte, il y a là atteinte à la liberté d’expression et à la liberté de la presse parce que rien n’est prévu pour protéger ceux qui mettraient au jour des affaires dans l’intérêt du public. Tout le journalisme d’investigation et les sources des journalistes pourraient ainsi être passible des tribunaux.

Depuis des mois, la presse, la société civile mais aussi la Cosatu, la centrale syndicale alliée de l’ANC au pouvoir, se mobilisent contre ce texte. Visiblement, cette opposition a fini par ébranler l’ANC qui va maintenant chercher à rééquilibrer le projet de loi.

L’annonce du report a été accueillie de manière très positive par tous ses opposants.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.