Côte d'Ivoire: lancement de la Commission vérité réconciliation

Charles Konan Banny, patron de la CDVR avant la conférence de presse, à Londres, le 20 septembre 2011.
©

C'est ce mercredi 28 septembre 2011 que la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), dirigée par Charles Konan Banny, va être formellement installée à Yamoussoukro. Les 11 membres de cette commission sont déjà connus : le plus célèbre d'entre eux est Didier Drogba. En revanche, il reste à savoir comment et sur quelle période elle va travailler.

Tout le monde sera consulté, Ivoiriens de l'intérieur et de l'extérieur

Franck Kouassi
28-09-2011

Charles Konan Banny et son équipe sont loin de disposer des pleins pouvoirs pour panser les plaies de la Côte d'Ivoire. Alors que la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) ne devrait pas être opérationnelle avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, la justice nationale a elle déjà commencé à travailler.

Laurent Gbagbo et des dizaines de caciques de l'ancien régime sont en détention provisoire, poursuivis pour crimes économiques ou atteinte à la sûreté de l'Etat, et l'on peut d'ores et déjà se demander comment la commission trouvera sa place aux côtés de l'institution judiciaire.

Il faut que les Ivoiriens soient convaincus de la nécessité d'aller à la réconciliation

René Legré Okou
28-09-2011

Un présumé bourreau pourrait ainsi être pardonné par l'instance dirigée par Charles Konan Banny, mais condamné par la justice ivoirienne ou bien par la Cour pénale internationale (CPI). En fait, aujourd'hui en Côte d'Ivoire, tout le monde se dit prêt à la réconciliation, mais chacun pose ses conditions.

Pour le camp présidentiel, celle-ci ne peut intervenir qu'après la condamnation des responsables des principales exactions commises sous l'ancien régime. Pour celui du pouvoir déchu, cet objectif ne pourra notamment être atteint qu'après la libération de Laurent Gbagbo et de ses proches. Laurent Gbagbo qui en signe de défiance envers cette Commission vérité et réconciliation vient de demander à l'ONU de créer une commission d'enquête internationale sur les évènements survenus depuis septembre 2002.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.