Human Rights Watch dénonce les détentions arbitraires en Libye


©

En Libye, l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a pu visiter 20 prisons à Tripoli : 8 sites officiels et 12 sites temporaires, des prisons aménagées à la hâte. L'ONG assure qu'elle a pu effectuer ses visites dans d'excellentes conditions et s'entretenir en tête à tête avec les prisonniers. Jean-Marie Fardeau est le directeur de Human Rights Watch en France. Pour lui, même si les nouvelles autorités libyennes se sont montrées coopératives, le bilan de ces visites n'est  pas pour autant très flatteur.

Notre dossier spécial

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.