L'Otan appelle le CNT libyen à détruire les stocks d'armes de l'ancien régime

Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, lors de sa conférence de presse. Bruxelles, le 3 octobre 2011.
© Reuters/Eric Vidal

Le secrétaire général de l'Otan, le Danois Anders Fogh Rasmussen, appelle le Conseil national de transition à contrôler, sécuriser et détruire les stock d'armes de l'ancien régime. Entre 5 000 et 10 000 missiles sol-air, selon les estimations, ont disparu en Libye et pourraient tomber en de mauvaises mains.

La crainte n'est pas nouvelle. Les pays voisins de la Libye se sont déjà publiquement inquiétés de la présence de missiles type SAM-7 dans la région. Selon le chargé de l'armement au ministère de la Défense du Conseil national de transition (CNT), le colonel Kadhafi aurait acheté 20 000 missiles sol-air, pour l'essentiel des missiles de courte portée SAM-7, de fabrication russe ou bulgare. Des armes très légères, pouvant cibler des avions à basse altitude.

Notre dossier spécial

Si ces missiles tombaient entre les mains d'organisations terroristes comme Aqmi, l'Afrique du Nord serait susceptible de devenir « une zone d'exclusion aérienne », selon Peter Bouckaert, de l'organisation Human Rights Watch.

Mais sans troupes au sol, la coalition internationale doit faire confiance à la bonne volonté du Conseil national de transition. Le secrétaire général de l'Otan a d'ailleurs rappelé dimanche qu'il était de la responsabilité des nouvelles autorités libyennes de « sécuriser », « contrôler » et « détruire » si nécessaire les stocks d'armes de l'ancien régime. Et pour cela, Anders Fogh Rasmussen souhaite que le CNT autorise l'entrée dans le pays d'inspecteurs internationaux. Pour l'heure, le CNT affirme avoir détruit 180 SAM-7 ces derniers jours, à coups de marteau.

En règle générale, toutes armes qui se retrouvent entre les mains de personnes malintentionnées constituent un problème, c’est évident. Et cette question relève avant tout du Conseil national de transition…

Anders Fogh Rasmussen
03-10-2011

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.