L'opposition dénonce des fraudes, Elecam se félicite


©

Au lendemain de l'élection présidentielle au Cameroun, les premiers commentaires sur le déroulement de la journée de vote et sur la nature du scrutin se font entendre. Deux sons de cloches : les opposants de Paul Biya dénonce manipulation et intimidation alors que le président d’Elecam parle d’une élection qui a mobilisé beaucoup de Camerounais et s’est bien déroulée.

Le résultat de l’élection, qui devrait déboucher sur un nouveau mandat pour Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, ne fait guère de doutes. Et nombre de commentaires font état, au lendemain du vote, d’irrégularités. « Les élections ont été pacifiques, il n'y a eu aucun signe de coercition militaire ou d'interférence nulle part », affirme Fred Mitchell, le président de l'équipe d'observateurs du Commonwealth. Mais il nuance : « nous avons reçu un bon nombre de plaintes à propos de l'organisation et de problèmes administratifs qui, je pense, formeront la base des observations que nous ferons dans notre rapport ».

Des plaintes notamment formulées par les partis politiques camerounais opposés RDPC (Rassemblement démocratique du peuple camerounais) de Paul Biya. Le Social Democratic Front (SDF), le parti du principal opposant John Fru Ndi, dénonce la « cacophonie » qui a prévalu le jour du scrutin. Son numéro deux, Joshua Ossih, directeur de campagne de John Fru Ndi, évoque des fraudes, et revient sur le meurtre d’une militante à Bandjoun.

Des militants du RDPC, le parti de Paul Biya, ont tenté de changer les résultats.
Joshua Ossih
10-10-2013 - Par Carine Frenk
Numéro 2 du Social Democratic Front

 


Si l'opposition déclare que la femme tuée à Bandjoun était sa représentante locale, le RDPC a affirmé lundi 10 octobre qu'elle était une de ses « militantes ».Difficile de savoir si la lumière sera faite sur ce décès.

Quoiqu'il en soit, pour Elecam, l’organisme en charge de l’élection, au contraire, il n’y a eu aucun dysfonctionnement dans le scrutin. Ainsi que l’explique le président du conseil électoral de l’organisme, Samuel Fonkam Azu'u.

Le scrutin s’est déroulé dans le calme, la sérénité, la paix et dans des conditions de sécurité satisfaisantes.
Samuel Fonkam Azu'u
10-10-2013
Président du conseil électoral d'Elecam.