Cameroun: plusieurs candidats exigent l'annulation de la présidentielle

Dans un bureau de vote de Yaoundé, une électrice camerounaise glisse son bulletin dans l'urne le 9 octobre dernier.
© REUTERS/Akintunde Akinleye

Les candidats à l'élection présidentielle avaient jusqu’à hier soir mercredi pour déposer un recours. La Cour suprême du Cameroun étudiera toutes les requêtes avant de prononcer les résultats définitifs du scrutin d’ici une dizaine de jours. Dimanche, l’opposition avait crié à la «cacophonie», pointant de nombreuses irrégularités. Dix partis ont ainsi relevé des fraudes le jour du scrutin.

Avec notre correspondante à Yaoundé

Pas moins de dix requêtes en annulation ont été introduites auprès de la Cour suprême. John Fru Ndi du SDF (Social Democratic Front) demande l’annulation totale du scrutin, au motif qu’il ne saurait être légitime au regard des cas de fraudes massives, votes multiples, pénuries de bulletins et corruption des électeurs, constatés par son parti.

Des raisons similaires ont conduit Adamou Ndam Njoya, Bernard Muna, Jean-Jacques Ekindi, Anicet Ekané, ou encore Kah Walah, à déposer un recours. Pour Jean-Jacques Ekindi, le président sortant Paul Biya a été « scandaleusement avantagé dans tous les domaines ».

Tandis que Kah Walah a fait constater par un huissier de justice des bureaux de vote fictifs à Deido Akwa, dans la ville de Douala, ou encore un individu surpris avec une vingtaine de cartes d’électeurs.

Albert Dzongang, de la Dynamique, a lui introduit une requête partielle pour l’arrondissement de Douala 2e, où il n’a pu voter, son nom n’étant pas sur les listes électorales.

Le parti de Paul Biya demande quant à lui l’annulation partielle du scrutin dans le département de la Mezam, dans le nord-ouest, et fait état d’intimidations, de corruption d’électeurs, ainsi que de menaces à l’endroit des ses scrutateurs.

Garga Haman Adji est la seule figure politique majeure à ne pas avoir saisi la Cour suprême. Il estime pour sa part que cette instance est acquise au pouvoir en place.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.