La diffusion du film «Persépolis» à la télévision continue de générer la violence en Tunisie

Des manifestants islamistes protestent contre Nessma TV dans les rues de Tunis le 14 octobre 2011.
© REUTERS/Zoubeir Souissi

Des centaines de manifestants sont descendus dans les rues de Tunis ce vendredi 14 octobre pour protester contre la diffusion de Persépolis, la semaine dernière, sur la chaîne privée Nessma TV. Dans ce film d'animation franco-iranien de Marjane Satrapi, on peut voir une représentation de Dieu et c'est ce que dénoncent les manifestants.

Dans la foule, il y avait beaucoup de salafistes qui avaient déjà voulu incendier, sans y parvenir, le siège de la télévision le week-end dernier. Par endroits, le rassemblement a tourné à l'affrontement avec les forces de l'ordre, jets de pierre contre gaz lacrymogènes.

En début de soirée, une centaine d’assaillants ont attaqué le domicile de Nabil Karoui, le PDG de la chaîne privée tunisienne Nessma. Certains d’entre eux ont jeté des cocktails Molotov et la famille de M. Karoui – lequel ne se trouvait pas sur place au moment des faits - a pu être sauvée « in extremis ».

« La famille a pu sortir par derrière et est en sécurité. Les assaillants ont saccagé la maison et ont mis le feu », a déclaré un journaliste de la chaîne à l’Agence France-Presse. Nessma TV a également dénoncé « l'incitation de quelques imams à commettre des crimes à l'encontre des employés de la chaîne ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.