Côte d'Ivoire : l'arrestation du commandant Séka Séka devrait permettre de faire avancer plusieurs enquêtes

Le procureur de la République de Côte d'Ivoire, Simplice Koffi Kouadio, le 1er juillet 2011 à Abidjan.
© AFP PHOTO/ SIA KAMBOU

En Côte d'Ivoire, la justice se réjouit de l'arrestation du commandant Séka Séka, samedi 15 octobre à Abidjan. Cet ex-responsable de la sécurité de Simone Gbagbo est impliqué dans plusieurs affaires. Il est accusé d'être lié aux « escadrons de la mort », des groupes armés soupçonnés d'exécutions sommaires. Son nom est également cité dans le dossier Kieffer, un journaliste franco-canadien disparu en 2004. Selon le procureur de la République Simplice Koffi Kouadio, le commandant Séka Séka était l'homme le plus recherché de Côte d'Ivoire.

Connu pour sa proximité avec le pouvoir Gbagbo, accusé d'être lié aux «escadrons de la mort», Séka Séka est une prise de choix pour le gouvernement Ouattara. Pour le procureur de la République, Simplice Koffi Kouadio, l'ex-commandant, interrogé depuis samedi par les forces de police, était l'homme le plus recherché de Côte d'Ivoire.

« J’ai été à la fois surpris et content car pour moi c’était le militaire le plus recherché et c’est lui que je recherchais le plus parce qu’on lui attribue beaucoup de faits graves. Il est impliqué dans la plupart des procédures que nous avons ouvertes jusque-là. Une chose est certaine, c’est que de nombreux témoins l’accusent de meurtres et d’assassinats et nous allons vérifier tout ça ».

Autre affaire sensible ou le nom de Séka Séka apparaît : la disparition en 2004 du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer. Sa femme, Osange Silou, espère que l'arrestation du militaire sera un élément clef pour comprendre ce qui est arrivé à son mari.

« Je pense que si ce monsieur n’avait rien à voir avec le dossier Guy-André Kieffer il aurait rencontré le juge sans difficulté. Donc pour nous c’est très important, je ne dis pas que ça va être un élément décisif du dossier, parce qu’on en sait rien peut-être que ce sera le cas, mais c’est quelque chose de très important pour nous aujourd’hui ».

Le juge français en charge du dossier Kieffer, Patrick Ramaël, compte se rendre d'ici la fin de l'année à Abidjan.