Le Qatar reconnaît son implication directe dans l’intervention en Libye


©

Le chef d'état-major du Qatar, le général Hamad ben Ali al-Attiya, a révélé mercredi 26 octobre que des centaines de soldats qataris avaient participé directement aux opérations militaires en Libye aux côtés des ex-rebelles. Jusqu'à présent, l’émirat avait seulement évoqué sa participation aux opérations aériennes, sous le commandement de l'Otan.

Selon le général al-Attiya, des centaines d'instructeurs et de spécialistes des transmissions du Qatar ont quadrillé la Libye pendant toutes la durée des opérations militaires qui ont conduit à la chute du régime Kadhafi. Il précise que ce sont ces militaires qui ont assuré la liaison entre les rebelles et l'Otan, un rôle crucial que le nouveau pouvoir libyen a confirmé.

L’hommage du CNT

Le président du Conseil national de transition (CNT) Mustafa Abdeljalil a en effet rendu un hommage appuyé au Qatar en affirmant que les officiers de l'émirat ont planifié les combats qui ont permis de prendre les villes libyennes aux forces de Kadhafi. « Le Qatar, a-t-il précisé, a été un partenaire essentiel dans toutes les batailles » du CNT. Aujourd'hui, le pays du Golfe propose ses services pour diriger une nouvelle coalition qui succéderait à l'Otan et serait chargée d'aider à la formation d'une nouvelle armée libyenne.

La Qatar veut continuer à peser sur le terrain militaire libyen comme il l'a fait financièrement et diplomatiquement depuis le début de la crise. En mars dernier, il avait déjà servi en quelque sorte de « caution arabe » à l'intervention occidentale en Libye. Les Qataris avaient mis à la disposition de l'Otan cinq de leurs avions de chasse Mirage 2000 et avaient aussi largement contribué au financement de l'instruction des forces rebelles ainsi qu’à leur armement. C’est un engagement qu'ils entendent visiblement poursuivre.