Attentat de Nairobi : prison à vie pour un Kényan membre des shebabs somaliens

Elgiva Bwire Oliacha (G) au tribunal de Nairobi, le 26 octobre 2011.
© Reuters/Noor Khamis

Au Kenya, un jeune homme arrêté mercredi et accusé d’avoir lancé la grenade contre une station de bus lundi 24 octobre en centre-ville de Nairobi, s’est vu condamné ce vendredi 28 octobre à perpétuité. Elgiva Bwire Oliacha a plaidé coupable aux 9 chefs d’accusation. Il a également affirmé être un membre des shebabs, les insurgés islamistes somaliens qui ont promis des représailles sur le territoire kenyan. 

Un large sourire, il déclare qu’il est heureux et qu’il ne regrette rien. Le jeune homme de 28 ans, pull fuchsia, pantalon de jogging et sandales, a semblé particulièrement à l’aise devant les caméras, lorsque le verdict de la prison à vie a été prononcé. Il avait plaidé coupable la veille pour 9 chefs d’accusation dont l’attaque à la grenade de lundi lancé d’une station de bus du centre-ville. Il a choisi de ne pas faire appel.

Converti à l’Islam en 2005, selon la police, le jeune Kényan a affirmé s’être rendu en février en Somalie pour y recevoir un entraînement et être rentré au Kenya en août dernier. Il a également été reconnu coupable de possession illégale d’armes. La police a découvert une cache d’armes dans le quartier de Koyale contenant 13 grenades, plusieurs armes à feu dont un AK47 et plus de 700 munitions.

La promptitude de son arrestation soulève cependant de sérieux doutes sur son authenticité pour de nombreux observateurs. L’année dernière, les attaques à la grenade dans le parc Uhuru en juin et contre un bus se rendant à Kampala en décembre n’avaient jamais abouti à une seule inculpation.

Vendredi, deux autres kenyans ont été arrêtés par la police qui les accuse d’être des membres du groupe shebab et des complices du condamné. Ils ont nié les faits qui leur sont reprochés.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.