En Tunisie, Ennahda est officiellement vainqueur des élections - Afrique - RFI

 

  1. 14:00 TU Journal
  2. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  3. 14:30 TU Journal
  4. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2S
  5. 15:00 TU Journal
  6. 15:10 TU Si loin si proche
  7. 15:30 TU Journal
  8. 15:33 TU Si loin si proche
  9. 16:00 TU Journal
  10. 16:10 TU Tous les cinémas du monde
  11. 16:30 TU Journal
  12. 16:33 TU Tous les cinémas du monde
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU Sessions d'information
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Sessions d'information
  17. 17:40 TU Afrique presse
  18. 18:00 TU Journal
  19. 18:10 TU Sessions d'information
  20. 18:30 TU Journal
  21. 18:33 TU Sessions d'information
  22. 18:40 TU Orient hebdo
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  25. 19:30 TU Journal
  1. 14:00 TU Journal
  2. 14:10 TU Atelier des médias
  3. 14:30 TU Journal
  4. 14:33 TU Atelier des médias
  5. 15:00 TU Journal
  6. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  7. 15:30 TU Journal
  8. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  9. 16:00 TU Journal
  10. 16:10 TU Si loin si proche
  11. 16:30 TU Journal
  12. 16:33 TU Si loin si proche
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  17. 18:00 TU Journal
  18. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  19. 18:30 TU Journal
  20. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  21. 21:00 TU Journal
  22. 21:10 TU Orient hebdo
  23. 21:30 TU Journal
  24. 21:33 TU Le club RFI
  25. 22:00 TU Journal
fermer

Afrique

Tunisie

En Tunisie, Ennahda est officiellement vainqueur des élections

media

Les résultats officiels des élections de l'Assemblée constituante en Tunisie ont été annoncés le 27 octobre au soir. Les islamistes d'Ennahda sont les grands vainqueurs des élections, les premières depuis la «révolution du jasmin». Le parti obtient 90 sièges sur 217, devant le Congrès pour la République et Ettakatol.

La victoire d'Ennahda dépasse les espérances de ses dirigeants. Avec 41,7% des sièges, le parti islamiste est en tête dans l'ensemble des 33 circonscriptions du pays. Aucune ne lui échappe. Il obtient au total 90 sièges sur 217. Pour gouverner, il n'aura besoin de s'allier qu'avec un seul parti de centre gauche, sans doute le Congrès pour la République de Moncef Marzouki ouvert au dialogue avec les islamistes.

La parti de l'opposant historique à Ben Ali termine deuxième de cette élection avec 30 sièges et 13% des sièges. Derrière lui, Ettakatol du social-démocrate Mustapha Ben Jaafar décroche 21 sièges. Les centristes du PDP, longtemps présenté comme la deuxième force politique du pays, finissent à la cinquième place. La gauche laïque du PDM qui voulait «faire barrage» à Ennahda obtient cinq sièges.

Enfin, la liste Pétition populaire, jusqu'ici outsider du carré de tête mais soupçonnée de liens avec l'ancien parti unique de Ben Ali est sanctionnée par la commission électorale pour son financement douteux. Elle a été invalidée dans six circonscriptions où elle était en tête. En conséquence, son président Hachmi Hamdi, milliardaire installé à Londres, décide de quitter le processus politique.

Je suis très déçu, non pas pour moi-même mais pour la démocratie en Tunisie.
Hachmi Hamdi 10/10/2013 - par Guillaume Thibault écouter

Dans la soirée, à Sidi Bouzid, où le parti était en tête, ses partisans ont manifesté, brûlé des pneus et attaqué des bâtiments administratifs pour protester contre cette sanction.
 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.