Mandat d’arrêt international contre la veuve de Yasser Arafat

Souha Arafat, lors du départ de la dépouille de Yasser Arafat sur la base militaire de Villacoublay en France, le 11 novembre 2004.
© Getty Images/P.Le Segretain

La veuve de Yasser Arafat, Souha Arafat est visée par un mandat d’arrêt international émis par le tribunal de première instance de Tunis. C’est le porte-parole du ministère de la Justice tunisienne qui l’a indiqué ce lundi 31 octobre sans préciser les motivations de cette décision. Selon certains journalistes de la presse tunisienne, les poursuites concerneraient une affaire de corruption liée à l’Ecole internationale de Carthage qu’elle avait fondée avec Leila Trabelsi, l’ex-première dame de Tunisie. Souha Arafat a fait savoir, depuis Malte où elle réside, qu’elle niait toutes les accusations portées contre elle.

Pour le moment, le ministère de la Justice tunisien refuse de divulguer le motif exact du mandat d’arrêt international tout juste lancé contre Souha Arafat. Pourtant, la presse tunisienne avance quelques hypothèses, notamment une affaire de corruption liée à l’Ecole internationale de Carthage, un établissement bien connu des Tunisiens car très symbolique de l’ancien régime : il avait été fondé par Leila Trabelsi, la femme de l’ex-président Ben Ali.

La veuve de Yasser Arafat était son amie et toutes deux auraient eu plusieurs affaires communes dont la création, présumée frauduleuse, de cette école. Ces liens étroits entre l’ex-famille présidentielle tunisienne et Souha Arafat, née en Ciosjordanie, se sont noués durant l’exil à Tunis du chef de l’OLP Yasser Arafat entre 1982 et 1994.

Après la mort du dirigeant palestinien en 2004, sa veuve était revenue s’installer à Tunis et avait obtenu la nationalité tunisienne. Mais depuis quelques années, l’entente entre Souha Arafat et Leila Trabelsi n’était plus au beau fixe notamment, selon la presse locale, en raison de différends financiers. En 2007, Zine el-Abidine Ben Ali avait même déchu la veuve de Yasser Arafat de sa nationalité tunisienne, l’obligeant à se réfugier sur l’île de Malte.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.