Au Burkina Faso, l'armée fait l'impasse sur son 51e anniversaire


©

Aucune manifestation n'a été organisée, mardi 1er novembre, au Burkina Faso, pour célébrer le 51e anniversaire de l'armée. Car la grande muette est en pleine restructuration après la vague de mutineries qui a secoué pendant quelques mois le pays en 2011. Et ce alors que les réformes annoncées dans la foulée n’ont pas encore porté leurs fruits.

Pas de prise d'armes comme à l'accoutumée dans la principale garnison du pays, pas de défilé ni de revue de troupes en ce jour anniversaire de l'armée. Après les mutineries en cascade de mars et avril dernier, pour la plupart suivies de pillages, le coeur n'est pas à la fête. « L'heure est à la profonde rétrospection et à la profonde restructuration » pour une « armée de discipline », explique un haut responsable militaire.

Le président Blaise Compaoré, qui s'est attribué lui-même le ministère de la Défense, a changé tous les responsables de la chaîne de commandement, puis promu au poste de chef d'état-major le général Honoré Traoré. Dans ses premières déclarations, ce proche du chef de l’Etat a affirmé fermement que « plus rien ne sera comme avant et que la discipline reviendra dans les casernes ».

Dans la foulée, les primes réclamées par les mutins ont été versées. Mais depuis le mois de juin, plus de 300 militaires ont été incarcérés et près de 600 radiés des rangs de l'armée. D'autres seraient décédés dans des exercices militaires.

Mais les réformes ne sont pas pour autant terminées. Une douzaine de responsables ont été remplacés ces derniers jours et la grande muette se prépare à organiser des « états généraux ». Le calme semble revenu, mais rien n’assure que la situation soit durable. Et l'image de pays sûr que revendiquait le Burkina Faso, avec son armée disciplinée, reste toujours brouillée. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.