Bombardement de Bouaké: sept ans après, justice n'est toujours pas faite

Neuf soldats français de l'opération Licorne en Côte d'Ivoire avait péri dans le bombardement du camp de Bouaké, en novembre 2004.
© Pascal Le Segretain/Getty Images

Sept ans après le bombardement meurtrier du camp militaire français de Bouaké, en Côte d'Ivoire, l'enquête est toujours en cours au tribunal aux armées de Paris. Neuf soldats français avaient été tués et 38 autres blessés le 6 novembre 2004 par deux avions Sukhoï-25 des forces loyalistes ivoiriennes.

Selon Me Jean Balan, l'un des avocats des parties civiles, la procédure est complètement bloquée. Dans une lettre ouverte, il accuse une nouvelle fois la ministre de la Défense de l'époque, Michèle Alliot-Marie, d'avoir empêché la justice de faire son travail.

« Tout s'est arrêté », selon Me Jean Balan. L'enquête n'avance plus depuis un an et demi et les victimes attendent toujours. Pour l'avocat des familles, l'enquête a été sabotée. Il accuse le gouvernement français de l'époque d'avoir sciemment libéré des mercenaires biélorusses, servant dans l'aviation ivoirienne et arrêtés quelques jours après le bombardement.

Lors de son audition en mai 2010, Michèle Alliot-Marie avait expliqué qu'il n'y avait pas de « base juridique » pour les interroger. « L'interrogatoire d'Alliot-Marie, c'est un monument de mauvaise foi et de mensonges qui aurait pu faire avancer l'affaire de manière déterminante », affirme Me Jean Balan.

Et Me Balan de s'interroger : la France a-t-elle voulu ce bombardement « afin de créer une situation propice pour se débarrasser de Laurent Gbagbo ? » C'est une hypothèse qui doit être approfondie selon lui. Il a demandé l'audition de l'ancien président ivoirien.

« Laurent Gbagbo est maintenant un citoyen comme un autre, et il aura peut-être des choses à dire. Je demande aussi que le mandat d'arrêt, qui date de six ans maintenant contre au moins deux pilotes ivoiriens, soit exécuté... Et ensuite Montoya », conclut l'avocat.

Robert Montoya, ancien gendarme de l'Elysée sous François Mitterrand, reconverti en négociant d'armes, est soupçonné d'avoir fait livrer à la Côte d'Ivoire les deux Sukhoï-25 ayant servi au bombardement. Il est aussi soupçonné d'avoir aidé à l'exfiltration des deux pilotes biélorusses.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.