RDC : colère à Goma après la disparition d’un musicien populaire


©

La disparition de Fabrice Muupfiritsa sème le trouble dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Ce musicien très populaire à Goma a été enlevé le 4 novembre 2011. Ses proches accusent la garde présidentielle de Joseph Kabila. Et à trois semaines des élections générales, la colère monte dans la rue. Une enquête a été ouverte.

C’est un artiste musicien. Fabrice Muupfiritsa a été enlevé à Goma par des inconnus en armes. Ses proches accusent la garde républicaine d'être l'auteur du rapt. L’artiste aurait refusé de chanter pour le président Kabila qui comme d’autres candidats est en campagne électorale.

A trois semaines de la présidentielle et des législatives, cette disparition a déclenché la colère de jeunes. Ils ont dressé des barricades et bloqué la circulation de la principale artère de Goma une partie de la journée de dimanche, des pneus ont brulés, la police est intervenue pour disperser la foule en début de soirée.

Ces jeunes ont promis que si Fabrice n'est pas retrouvé avant les élections du 28 novembre, la communauté Hunde - celle du chanteur disparu-, ils boycotteront le scrutin. Témoignage d'un ami de Fabrice Muupsiritsa.

Les jeunes demandent que Fabrice soir retrouvé
Un ami de l'artiste
10-10-2013 - Par Christine Muratet

Pour les proches du chanteur, la garde présidentielle serait donc bien l'auteur de l'enlèvement. Une version démentie par le gouverneur du Nord-Kivu. Julien Paluku confirme cette disparition mais dément toute implication des services de sécurité dans cet enlèvement. Il affirme toutefois que l’enquête continue pour identifier les ravisseurs.

C'est une simple manipulation parce que nous sommes en campagne électorale(...)Une récupération politique pour faire monter les enchères
Julien Paluku
10-10-2013 - Par Christine Muratet

A Goma, le calme est revenu, mais on ne sait toujours pas où se trouve Fabrice Muupfiritsa.

Climat tendu dans le pays

La situation est tendue également à Lubumbashi, le chef lieu de la province du Katanga, au sud de la RDC. Des affrontements ont éclaté le 5 novembre lors du passage d'une caravane du parti d'opposition, l'UDPS, Union pour la démocratie et le progrès social, devant le local de l'UNAFEC, Union nationale des fédéralistes du Congo, un parti allié à la majorité présidentielle.

Les partisans des deux camps se sont jetés des pierres, des véhicules ont été incendiés. Au total, il y a eu une quinzaine de blessés, dont certains à l'arme blanche. L'UDPS accuse le camp du «président Kabila de provoquer des troubles pour perturber le déroulement du processus électoral».

Marya Nedelcheva
10-10-2013 - Par Kamanda Wa Kamanda

La campagne électorale s'achève le 26 novembre à minuit, la présidentielle et les législatives le 28 novembre. L'Union européenne vient d'achever une mission dans le pays. Marya Nedelcheva, députée européenne et chef de la mission d'observation des élections de l'UE qui vient de quitter la RDC, a déclaré : «Nous nous garderons bien de faire des constats à ce stade».