En Côte d’Ivoire, des libérations provisoires dans le camp Gbagbo

Pour le président par intérim du FPI Sylvain Miaka Ouretto (g), la libération provisoire de 8 personnes s'est effectuée dans le cadre d'une procédure judiciaire normale, en aucun cas politique.
© AFP / Sia Kambou

Huit personnes détenues à la suite de la crise post-électorale et inculpées de détournements de deniers publics, concussion, atteinte à l’économie ou encore pillage. La décision est tombée ce mercredi soir 9 novembre 2011. Il s’agit d’une partie des requêtes déposées par les avocats. Y a-t-il un rapport avec l’une des revendications du FPI pour participer aux prochaines législatives prévues le 11 décembre 2011?

Nous attendons que la chambre d'accusation nous convoque pour évoquer les requêtes qui sont en attente.

Liberté provisoire pour huit proches de Gbagbo
10-11-2011

La direction du FPI (Front populaire ivoirien) dit que non. Les 8 personnes qui viennent d’obtenir la liberté provisoire l’ont été dans une procédure judiciaire normale, en aucun cas politique, insiste le président par intérim du FPI. Miaka Ouretto ajoute que son parti demande la liberté totale, c’est-à-dire l’abandon des charges, pas la liberté provisoire.

Alors, sur 67 requêtes déposées par les avocats des proches de Laurent Gbagbo, dont celle de l’ex-président ivoirien, seules neuf ont été examinées ce mercredi après-midi par la chambre d’accusation de la cour d’appel du tribunal d’Abidjan-Plateau. Huit ont donc obtenu la liberté provisoire.

A part l’ex-ministre de la famille dans le gouvernement Gbagbo formé après la présidentielle, Danièle Bony Claverie, les autres sont moins connus au niveau national. La neuvième personne, qui elle va rester en détention, c’est Martin Sokouri Bohui, qui était chargé des élections au sein du FPI.

Selon l’un des avocats de Laurent Gbagbo et de ses proches, qui s’adressait à la presse, la chambre d’accusation n’a pas motivé sa décision. Hervé Gouaméné a ajouté que les 8 personnes libérées provisoirement quitteront leur lieu de détention dès jeudi matin. Il espère que les dossiers des 59 autres détenus qui n’ont pas été examinés le seront très prochainement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.