RDC: Etienne Tshisekedi persiste et signe

Etienne Tshisekedi appelle à nouveau ses partisans à casser les prisons, à s’en prendre aux forces de l’ordre et aux militants du parti au pouvoir. C’était hier vendredi à Kisangani, ville du centre du pays où il a tenu son premier meeting de campagne depuis son retour d’Afrique du Sud. Ce samedi 12 novembre, EtienneTshisekedi se rend à Isiro, en province orientale.

C'est une stratégie... j'appelle ça éduquer politiquement un peuple
Etienne Tshisekedi
10-10-2013 - Par Charlotte Idrac

Etienne Tshisekedi a répété les mêmes propos qu’il avait tenus dans une interview dimanche dernier par téléphone depuis l’Afrique du Sud sur la télévision kinoise RLTV. Il a appelé à nouveau à aller casser les portes des prisons si les militants de son parti l’UDPS n’étaient pas libérés d’ici 48 heures à Kinshasa, Mbuji Mayi et Lubumbashi.

« Sinon je demande à la base à Kinshasa de se mobiliser et d’aller casser la prison de Makala » a-t-il dit. « Vous avez un pouvoir réel dans ce pays, car la voix du peuple c’est la voix de Dieu », a-t-il lancé devant la foule réunie autour de lui à Kisangani.

Je crois que la Cour pénale internationale a de la matière notamment en ce qui concerne Etienne Tshisekedi
Aubin Minaku
10-10-2013 - Par Charlotte Idrac

Il a menacé également le ministre de la Communication, Lambert Mende, en raison de la sanction qui frappe la télévision RLTV. « S’il ne rétablit pas le signal d’ici ce samedi midi, les combattants à Kinshasa doivent aller à son bureau, le terroriser très fort pour qu’il sache qu’au Congo les choses ont changé ».

Il a appelé à nouveau à s’en prendre aux policiers, aux militaires, à les poursuivre jusque dans les casernes, idem pour les partisans du parti au pouvoir. Pas impressionné par l’avalanche de condamnations causées par son interview de dimanche dernier, Tshisekedi se place délibérément à contre courant des appels au calme qui se sont multipliés depuis le début de la semaine.