Republier
Burundi

Burundi : des coups de klaxon pour demander le respect des libertés publiques


© (RPA)

La Radio publique africaine, radio privée, est à nouveau en ligne de mire des autorités burundaises et fait l'objet d'un harcèlement administratif et judiciaire. Pour protester contre les intimidations, les journalistes burundais demandent aux auditeurs de klaxonner ce mardi 15 novembre 2011, à la mi-journée.

Dans un premier temps, le pouvoir burundais s’en est pris aux trois principales stations de radio indépendantes du pays, mais il semble désormais avoir décidé de concentrer le tir contre la Radio publique africaine (RPA), la plus critique des trois.

Ce lundi, il y a eu d’abord les tracasseries judiciaires auxquelles tout le monde commence à s’habituer : deux journalistes de la station privée ont été entendus par le procureur pendant près de dix heures.

Dans la journée, la crise a franchi un nouveau palier avec une correspondance adressée par le ministre de l’Intérieur à la RPA. Edouard Nduwimana accuse cette station d’incitation à la haine et somme ses responsables de lui faire parvenir dans les dix jours une série de documents, dont les références de ses comptes bancaires et la liste de ses biens immobiliers.

Les stations privées du Burundi ont tout de suite décidé de réagir vigoureusement à ce qu’elles considèrent comme de la provocation. Depuis hier soir, quatre d’entre elles passent régulièrement un message qui appelle à protester « contre les exécutions extrajudiciaires et les atteintes aux libertés publiques » ce mardi 15 novembre 2011, à la mi-journée, en klaxonnant pendant une quinzaine de secondes.

Les relations sont tendues entre le pouvoir burundais et les principales stations privées du pays depuis des années. Mais depuis quelques jours, le gouvernement qui fait face à de nouvelles violences depuis les élections générales de 2010, boycottées par l'opposition, s'en prend ouvertement à des stations accusées de soutenir l'opposition et de faire l'apologie de la violence.
 

À propos de la RPA

La Radio publique africaine (RPA) a diffusé pour la première fois le 3 mai 2001. L'objectif de son fondateur, Alexis Sinduhije, est d'être la radio des sans voix mais aussi de rassembler les communautés hutu et tutsi. La rédaction est mixte.

Dès le mois d'août 2002, la RPA est fermée par l'Agence de régulation et de contrôle des télécommunications pour non-paiement de taxes. À l'époque, toutes les radios indépendantes burundaises protestent contre le montant élevé des droits de diffusion (3 000 $).

En février 2003, la maison de Alexis Sinduhije est mitraillée et le gardien tué. En septembre 2003, par solidarité avec une autre radio que les autorités ont suspendue, RPA décide de boycotter tous les évènements et activités du gouvernement. La RPA est elle-même interdite de diffusion.

Elle le sera à plusieurs reprises dans les années suivantes. Des journalistes et des employés de la radio ont été arrêtés et emprisonnés à plusieurs reprises au cours de ces dernières années. L'acharnement des autorités à l'encontre de la radio a été dénoncé plusieurs fois par Reporters sans frontières.

Alexis Sinduhije a reçu le Prix international de la liberté de la presse du Comité pour la protection des journalistes en 2004. Reconverti dans la politique, il est aujourd'hui président du Mouvement pour la solidarité et la démocratie, dans l'opposition.


À consulter :

Nord du Burundi : les radios ont la cote dans les campagnes. Article Syfia 25/2/2011.
Les convocations en série des journalistes de radio alimentent un climat hostile pour la liberté de la presse. RSF 29/7/2011.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.