Pirates somaliens jugés en France: un expert dresse leur profil psychiatrique


©

Il a été question de déracinement, d'isolement et de nouvelles trop rares de la famille, ce mercredi 16 novembre 2011 au procès des pirates somaliens jugés à Paris pour la prise d'otages du voilier le Carré d'as en 2008, au large de la Somalie. Six hommes âgés de 21 à 36 ans, arrêtés par les forces spéciales françaises intervenues pour libérer les otages, un couple de Français, comparaissent à ce procès d'assises, inédit en France.

Avec notre envoyé spécial aux assises de Paris

Jean-Claude Archambault, expert psychiatre, a longuement rencontré les six accusés. « Mais un seul d'entre eux, raconte-il à la barre, a développé une grave pathologie mentale ». Cet homme c’est Cheik Nour Muhammad. « A son arrivée à Paris, précise le médecin, il n’était pas fou mais rapidement l’isolement l’a fait basculer. »

Cheik Nour Muhammad est devenu mystique racontant avoir vu des anges envoyés par le prophète qui lui auraient dit que la prison de Fresnes était le foyer du mal. Puis il s’est pris pour le président de la Somalie et à plusieurs reprises il a mis le feu à sa cellule. En somme tous les syndromes de la psychose carcérale sont réunis ici, résume Clotilde Petit, son avocate.

« Cet enfermement-là a produit chez lui un choc qui l’a fait basculer de l’autre côté du raisonnement, explique Clotilde Petit. C’est-à-dire qu’en fait sa pensée s’est désorganisée et les angoisses qui étaient les siennes – l’isolement, le déracinement et puis la peur de la sanction, en l’occurrence la sienne de peur, c’est la peur de mourir. Il avait le sentiment et la conviction profonde qu’il allait être fusillé par les Français. Ses angoisses extrêmement profondes se sont révélées au travers de délires et d’hallucinations, de crises mystiques, de discours complètement incohérents qui n’étaient plus en prise avec la réalité. »

Certains médicaments peuvent atténuer cette pathologie mais le meilleur traitement, conclut l’expert psychiatre, c’est que cet homme retourne dans sa culture, en Somalie.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.