Un accord de défense «rénové» entre la Côte d'Ivoire et la France


©

Le projet du nouvel accord de défense entre la France et la Côte d’Ivoire est prêt à être signé. Il a été paraphé le mercredi 16 novembre 2011 par le Premier ministre et ministre de la Défense, Guillaume Soro et l’ambassadeur de France, Jean-Marc Simon, à Abidjan et devra être signé par les deux chefs d'État au mois de décembre.

Adopté il y a une dizaine de jours par le Conseil des ministres, le texte du nouvel accord militaire entre la France et la Côte d'Ivoire est tenu secret. Le 26 juin dernier, le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, avait déclaré que les accords de défense entre Paris et Abidjan avaient besoin d’être revus. Ce n’était pas une simple déclaration d’intention. En déplacement en Côte d’Ivoire, le ministre avait dans ses bagages un projet d’accord déjà prêt, qu’il avait transmis aux autorités ivoiriennes pour qu’elles y réfléchissent. La tâche avait été confiée au Premier ministre et ministre de la Défense, Guillaume Soro.

Le document paraphé ce mercredi 16 novembre 2011 à Abidjan, doit encore être signé par Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara, lors d’une visite officielle du président ivoirien en France prévu le mois prochain, après les législatives ivoiriennes du 11 décembre.

Le premier accord de défense entre les deux  pays a été signé il y a un demi-siècle, complété par un accord technique la même année (1961), puis cinq autres accords techniques ont été signés entre 1965 et 1980. Des accords de défense rénovés ont été signés au cours de ces derniers mois avec le Togo, le Gabon, le Cameroun, la République centrafricaine et les Comores.

Conformément au livre blanc sur la défense, la France ne devrait pas conserver de base permanente en Côte d'Ivoire, mais seulement une présence d'environ 250 à 300 hommes avec une double orientation : formation des forces africaines et protection des ressortissants français. Toutefois, le président Alassane Ouattara avait manifesté le désir de maintenir un contingent plus important dans le pays en raison des problèmes de sécurité liés au terrorisme et au trafic de drogue.

Selon le ministère de la Défense, la force Licorne, présente en Côte d'Ivoire, compterait depuis l'été 2011, environ 700 hommes. Une dizaine de soldats français sont également présents au sein de l'Onuci, la mission des Nations unies en Côte d'Ivoire.

__________

À consulter :

Les accords de défense seront renégociés d'ici décembre. Article RFI. 27/9/2009.