Procès du «Carré d’As» : une guerre de clans entre pirates somaliens


©

Le procès de la prise d'otage du voilier Carré d'As en septembre 2008 au large de la Somalie a fait une incursion ce mardi 22 novembre 2011 dans la guerre des clans somaliens. Il en a été question aujourd’hui avec les dépositions de gendarmes qui avaient été chargés des gardes à vue des pirates à leur arrivée à Paris, le 23 septembre 2008. Ce mardi, six d’entre eux sont jugés.

Aux assises de Paris, Franck Alexandre

Dans toute la Corne de l’Afrique et particulièrement dans la province autonome du Puntland, tout tourne autour d’une question : à quel clan appartenez-vous ?
 
L’histoire de la prise d’otages du Carré d’As ne fait pas exception à cette règle, car le clan c’est le socle de la société somalienne, et entre chaque grande famille un petit rien peut déclencher une guerre.
 
Le commanditaire de la capture du voilier c’est Shiré, le chef mafieux du clan Magerteen, associé pour l’occasion à Yacoub Hassan, l’interprète chargé de négocier une rançon. Or, Shiré et Yacoub Hassan ne sont pas du même clan et très vite entre les deux hommes le torchon brûle. Yacoub Hassan, l’interprète, reproche à Shiré, le commanditaire, de ne pas avoir la carrure pour une telle opération.
 
Dans la nuit du 12 septembre 2008, soit dix jours après le détournement du Carré d’As, Yacoub décide de faire cavalier seul. De nuit, le voilier avec à son bord les otages, Yacoub et ses hommes quittent Habot, dans le golfe d’Aden, en direction d'Eyl, un repaire de pirates situé beaucoup plus au sud.
 
Le clan Shiré, furieux de s’être fait doubler, piste alors le bateau depuis la terre. Une course-poursuite sur 400 kilomètres, qui prend fin à Ras Afoun. C’est là que l’armée française intervient, mettant fin à cette lutte fratricide entre pirates.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.