Republier
Maroc

Les Marocains appelés aux urnes, le PJD en position de force

Marrakech, le 23 novembre 2011. Un homme marche le long d'un mur où sont inscrits les numéros des districts où les citoyens sont censés aller voter.
© REUTERS/Jean Blondin

A quelques heures de la fin de la campagne électorale marocaine pour les élections législatives de ce vendredi 25 novembre, c’était l’occasion pour les partis politiques de sortir une dernière fois pour convaincre. Parmi eux, les islamistes modérés du Parti de la justice et du développement (PJD). Première force d’opposition au Maroc, cette formation espère bien profiter du vent de contestation pour empocher un maximum de voix. Elle a fait de la lutte contre la corruption et de la bonne gouvernance son cheval de bataille. Notre correspondante a suivi des élus du PJD en campagne à Mediouna, gigantesque bidonville en bordure de Casablanca.

Pour en savoir plus :

RFI : Le Mouvement du 20 février au Maroc

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.