Louise Arbour et Marguerite Barankitse, récompensées par la Fondation Chirac

Marguerite Barankitse reçoit son prix de la Fondation Chirac pour la prévention des conflits, ce jeudi 24 novembre 2011.
© AFP/Patrick Kovarik

La 3ème édition du prix de la Fondation Chirac pour la prévention des conflits a récompensé la Burundaise Marguerite Barankitse et la Canadienne Louise Arbour. La première est une enseignante de 55 ans qui a créé au Burundi trois maisons pour accueillir les orphelins, transformées par la suite en structures de réinsertion pour enfants. Louise Arbour est l’ancienne procureur canadienne du Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda. 

C'est devant un parterre d'invités de tous horizons, au musée du Quai Branly à Paris, que le Premier ministre français François Fillon a mis l'accent sur l'action des deux lauréates. Marguerite Barankitse est surnommée « la mère Théresa africaine ». Elle recueille des orphelins hutus, tutsis et twas, victimes de la guerre civile qui a éclaté fin 1993 au Burundi. Cette enseignante de 55 ans a créé trois maisons pour accueillir les orphelins, transformées par la suite en structures de réinsertion des enfants dans leur communauté. Pour elle, la tolérance doit être au cœur de l'éducation des enfants burundais.

Si on apprend la tolérance, le respect de l'autre, il n'y a pas réellement de conflit ethnique.
Marguerite Barankitse, lauréate 2011 du Prix de la fondation Chirac
10-10-2013 - Par Boniface Vignon

Doté de 100 000 euros, ce prix de la Fondation Chirac va lui permettre de poursuivre son action.

Un prix spécial du jury a été remis, en présence de l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, à l'ancienne procureur canadienne du Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda, Louise Arbour.

La Cour pénale internationale est au tout début de ses travaux. Jusqu'à maintenant, personne n'a été condamné. Est ce que le président Gbagbo sera inculpé ? Cela va dépendre beaucoup de la capacité de la justice ivoirienne à s'acquitter de sa tâche.
Louise Arbour, ancienne procureur canadienne du Tribunal pénal international
10-10-2013 - Par Boniface Vignon


Au cours de la cérémonie au musée du Quai Branly à Paris, le Premier ministre François Fillon a rendu un hommage appuyé à Jacques Chirac assis au premier rang avec sa femme, Bernadette. Il a ensuite justifié l'intervention, cette année, de la France en Libye et en Côte d'Ivoire par le concept de « la responsabilité de protéger », un concept de la diplomatie française qui fait son chemin.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.