Égypte : Kamal el-Ganzouri formera le nouveau gouvernement - Afrique - RFI

 

  1. 05:40 TU Sessions d'information
  2. 05:50 TU Sessions d'information
  3. 06:00 TU Journal
  4. 06:15 TU Sessions d'information
  5. 06:30 TU Journal
  6. 06:43 TU Sessions d'information
  7. 07:00 TU Journal
  8. 07:10 TU Sessions d'information
  9. 07:30 TU Journal
  10. 07:40 TU Grand reportage
  11. 08:00 TU Journal
  12. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  13. 08:30 TU Journal
  14. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  15. 09:00 TU Journal
  16. 09:10 TU Priorité santé
  17. 09:30 TU Journal
  18. 09:33 TU Priorité santé
  19. 10:00 TU Journal
  20. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  21. 10:30 TU Journal
  22. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  23. 11:00 TU Journal
  24. 11:15 TU Sessions d'information
  25. 11:30 TU Journal
  1. 05:30 TU Sessions d'information
  2. 06:00 TU Journal
  3. 06:15 TU Sessions d'information
  4. 06:30 TU Journal
  5. 06:43 TU Sessions d'information
  6. 07:00 TU Journal
  7. 07:10 TU Sessions d'information
  8. 07:30 TU Sessions d'information
  9. 08:00 TU Journal
  10. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  11. 08:30 TU Journal
  12. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  13. 09:00 TU Journal
  14. 09:10 TU Priorité santé
  15. 09:30 TU Journal
  16. 09:33 TU Priorité santé
  17. 10:00 TU Journal
  18. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  19. 10:30 TU Journal
  20. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  21. 11:00 TU Journal
  22. 11:15 TU Sessions d'information
  23. 11:30 TU Journal
  24. 11:33 TU Sessions d'information
  25. 12:00 TU Journal
Urgent

■ Les chiffres officiels annoncent le rejet de la proposition d'indépendance de l'Ecosse vis-à-vis du Royaume-Uni. Un rejet massif : 55,42% contre 44,58%, après dépouillement de 31 des 32 circonscriptions
■ Alex Salmond, leader des indépendantistes, a reconnu la défaite de son camp
■ La capitale écossaise Edimbourg a voté «contre» ; la ville de Glasgow, la plus peuplée, a dit «oui»
■ Une participation massive, plus de 80%, a été enregistrée

fermer

Afrique

Egypte Hosni Moubarak

Égypte : Kamal el-Ganzouri formera le nouveau gouvernement

media

Kamal el-Ganzouri est chargé de former le nouveau gouvernement égyptien. Sa désignation au poste de Premier ministre a été annoncée ce vendredi 25 novembre 2011 par la télévision d'État. Premier ministre sous Hosni Moubarak, âgé de 78 ans, Kamal el-Ganzouri n'aura pas la tâche facile. Populaire, l'homme ne marque cependant pas la rupture avec l'ancien régime. Des milliers de personnes convergeaient ce matin vers la place Tahrir pour exiger le départ des militaires du pouvoir.

Kamal el-Ganzouri a déjà été Premier ministre durant trois ans, de 1996 à 1999. C'était sous le règne d'Hosni Moubarak dont il était un fidèle, même si, avec la révolution, il avait pris ses distances avec le raïs.

Son parcours : études d'économie aux Etats-Unis. Plusieurs postes importants au sein de gouvernements successifs. Il a été ministre du Plan. Lors de son passage à la tête du gouvernement, Kamal el-Ganzouri avait pratiquement ramené le budget à l'équilibre et réduit l'inflation. Il était aussi surnommé le « ministre des pauvres », parce qu'il a œuvré pour les plus défavorisés. Il reste donc populaire auprès d'une partie des Egyptiens.

En revanche, les jeunes de la place Tahrir ne voient pas sa nomination d'un bon œil. Le fait que Kamal el-Ganzouri ait servi Hosni Moubarak durant de longues années ne plaide pas en sa faveur. Son âge non plus : il a 78 ans. Ce n'est pas vraiment le signe du renouveau que réclamaient les jeunes révolutionnaires.

Avec notre envoyé spéciale,

La nomination de Kamal el-Ganzouri ne fait pas vraiment l'unanimité. Les révolutionnaires disent qu'il n'a pas été choisi par eux, qu'ils n'ont pas confiance dans cette armée qui est responsable de tous les morts et de tous les blessés depuis samedi dernier. « Pourquoi l'armée a érigé des barrages seulement après quatre jours d'affrontements ? » demande un manifestant.

Mohamed al-Baradei, possible candidat à la présidence est venu prendre un bain de foule vers 13h30. Abdel Mounem Abou el-Foutouh, ex-responsable des Frères musulmans qui a participé à la révolution de janvier dernier, était présent également. Mais il n'y a pas unanimité non plus sur ces deux personnalités.

Toutefois, ceux à qui nous avons parlé sont décidés à aller voter lundi 28 novembre, puis à revenir sur la place Tahrir jusqu'à ce que le Conseil supérieur des forces armées quitte le pouvoir.

Par ailleurs, les manifestants de la place Tahrir ont obtenu le soutien du grand imam d'al-Azhar, principale institution musulmane d'Egypte, pour réclamer la chute du conseil militaire au pouvoir, c'est le message qu'a transmis son représentant Hassan Chafie. Un autre imam, Mazhar Chahine, a prévenu que les manifestants ne quitteront Tahrir « qu'une fois leurs revendications satisfaites ».

Une autre manifestation doit se dérouler dans le quartier d'Abbassiya, à quelques kilomètres de la place Tahrir : celle des partisans de l'armée.

 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.