Les shebabs interdisent 16 ONG et agences de l’ONU en Somalie

Le PAM estime que la Somalie «est sans doute le pays de la Corne de l'Afrique aux besoins humanitaires les plus grands, notamment en matière d'aide alimentaire».
© Reuters / Omar Faruk

Les insurgés islamistes shebabs ont annoncé ce lundi 28 novembre 2011 la fermeture de 16 Organisations non gouvernementales (ONG) et agences humanitaires de l’ONU, accusées « d’activités illégales » en Somalie. Dans un communiqué, ces derniers ont également menacé d’interdiction toute autre organisation qui ne respecterait pas leurs règles.

Les shebabs ont confirmé la fermeture de ces organisations qu’ils accusent, dans un communiqué, de collecter des informations à des fins « malhonnêtes », de pratiquer la corruption et de s’opposer aux préceptes de l’islam.

Parmi les seize agences de l’ONU et les ONG concernées figurent le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Fonds pour l’enfance (Unicef) et Action contre la faim (ACF).

Les insurgés islamistes ont également lancé une mise en garde contre les autres organisations présentes dans les zones qui sont sous leur contrôle et qui sont « activement engagées dans des activités jugées nuisibles à la mise en place d’un Etat islamiste ou menant des activités autres que celles qu’elles disent officiellement mener ». Ces organisations seront-elles aussi « immédiatement interdites, sans avertissement », ajoute le communiqué.

Selon une source sécuritaire en Somalie, les insurgés auraient mené des descentes coordonnées dans les bureaux de plusieurs ONG et agences de l’ONU dans plusieurs villes du centre et du sud de la Somalie, des régions majoritairement contrôlées par les shebabs. Des miliciens armés auraient opéré à Beledweyne, mais aussi à El-Bur, Kismayo, Wajid, Merka, Baidoa, Bulo Burte ; ils auraient ordonné aux personnels humanitaires de quitter les lieux et auraient saisi ordinateurs, téléphones et autres équipements de bureau.

Pieter Desloovere, responsable de la communication pour L'OMS en Somalie, a confirmé que les bureaux de l'organisation avaient été pris pour cible dans les villes de Baidoa et de Ouadjid, dans le sud du pays.

De son côté, Marixie Mercado, porte-parole de l'Unicef à Genève,a également confirmé que les bureaux de l'agence onusienne avaient aussi été attaqués à Baidoa. Contactée par RFI, elle précise que le personnel présent a été invité à quitter les lieux et que le personnel est sécurité. Elle se dit aussi inquiète pour les enfants qui viendraient à manquer de l'aide humanitaire.

Nous sommes vraiment très inquiets.

Marixie Mercado, porte-parole de l'Unicef à Genève.
28-11-2011

Certaines organisations comme Médecins sans frontières (MSF) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont en revanche été épargnées par les nouvelles mesures d'interdiction prises par les shebabs.

Contrôles drastiques et restrictions

En 2009, les shebabs avaient déjà forcé la majorité des ONG étrangères et agences onusiennes à évacuer les zones sous leur contôle. Ils les accusaient de visées politiques ou de déstabilisation du marché agricole local. Parmi ces organisations figurait déjà le PAM (Programme alimentaire mondial) .

A cette époque, les organisations restées sur place, étaient déjà soumises à des contrôles drastiques et des restrictions qui, selon les humanitaires, entravent l’acheminement de l’aide cruciale pour plusieurs centaines de milliers de victimes de la sécheresse et de la famine.

La Somalie, en guerre civile depuis 20 ans, a été le pays le plus durement touché par la récente sécheresse dans la Corne de l’Afrique. Selon l’ONU, trois régions du sud somalien sont encore en état de famine, et près de 250 000 personnes risquent encore d’y mourir de faim.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.