Aqmi revendique l'enlèvement de deux Français et de trois Européens au Mali

La photo publiée par Aqmi de Serge Lazarevic et Philippe Verdon.
© RFI/Nouakchott Informations

Dans un communiqué publié vendredi 9 décembre 2011, Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique) revendique l'enlèvement de deux Français, pris en otage le 24 novembre dernier à Hombori, au Mali. La nébuleuse terroriste revendique aussi l’enlèvement de trois Européens, le lendemain, à Tombouctou, au Mali aussi. L'organisation dément en revanche toute implication dans le kidnapping de trois Européens à Tindouf, en Algérie, en octobre dernier.

La double revendication est parvenue à l'Agence Nouakchott Information, qui a déjà publié plusieurs communiqués d'Aqmi sans être démentie. Sur une première photo, on peut voir les deux Français, Philippe Verdon et Claude Lazarevic, enlevés à Hombori, dans le nord-est malien le 24 novembre dernier, à genoux, devant trois hommes armés et enturbannés. Dans le communiqué, l'organisation terroriste affirme se réjouir d'avoir capturé ces deux hommes qu'elle présente comme « deux espions des services secrets français ».

Sur la seconde photo, quatre hommes en armes dont un a le visage découvert, encadrent trois otages. Il s'agirait des touristes, l'un hollandais, l'autre suédois, le troisième à la double nationalité britannique et sud-africaine, enlevés le 25 novembre à Tombouctou. Au cours de ce rapt, un Allemand qui tentait de résister avait été tué, une cinquième touriste était parvenue à s'enfuir.

Dans sa revendication, Aqmi déclare que ces prises d'otages « interviennent en représailles aux nombreuses agressions perpétrées par la France contre les musulmans dans les pays du Sahel, ainsi que la politique insensée de Sarkozy ».

L'organisation affirme également avoir choisi de frapper en territoire malien « en réaction à l’engagement injustifié du gouvernement d’Amadou Toumany Touré soumis aux pressions de la France contre les moudjahidines ».

Elle dénonce aussi les arrestations récentes de plusieurs de ses membres au Mali. Aqmi indique que la France et le Mali recevront bientôt ses revendications. L'organisation dément en revanche toute implication dans l'enlèvement de trois Européens dans le camp de réfugiés sahraouis de Tindouf, en Algérie, en octobre dernier.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.