Le Malawi envisage de réexaminer son arsenal législatif visant les couples homosexuels

Manifestation au Cap, en Afrique du Sud, lors de la condamnation des deux homosexuels au Malawi, en mai 2010.
© GettyImages

Le ministre de la Justice a annoncé ce projet du gouvernement jeudi, soit deux jours après le discours d'Hillary Clinton. La Secrétaire d'Etat américaine  a déclaré cette semaine à Genève, au cours d'une allocution de quarante minutes entièrement consacrée à la défense des gays, que les pays qui criminalisaient l'homosexualité violent les droits de l'homme. La défense des droits des homosexuels est désormais une priorité de la politique étrangère des Etats-unis, a confirmé cette semaine le président Barack Obama.

Le discours vigoureux d'Hillary Clinton n'a pas eu d'impact au Nigeria où les parlementaires débattent d’une loi qui prévoit de punir de dix ans de prison les démonstrations publiques d'affection entre homosexuels. Au Malawi, en revanche, la commission des lois devrait réexaminer la loi pénalisant l'homosexualité, a déclaré jeudi le ministre de la Justice, Ephraim Chiume.

En mai 2010, une cour de justice du Malawi avait condamné à 14 ans de prison un couple homosexuel qui avait organisé une cérémonie de mariage. Devant le tollé suscité, le président du Malawi, Bingu Wa Mutarika avait gracié les deux hommes. Il faut dire que le Malawi dépend largement des bailleurs de fonds.

Washington, contrairement à Londres, ne menace pas de couper l'aide aux pays qui persécutent les homosexuels. En revanche, dans un mémorandum qu’il n’a pas hésité à diffuser, le président Barack Obama a demandé à ses diplomates de rédiger un rapport annuel sur l'évolution des droits des homosexuels.

Seule l'Afrique du Sud a adopté un arsenal législatif pour protéger les droits des homosexuels. Selon les ONG, près de 80% des pays du continent répriment les relations entre personnes du même sexe.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.