Moncef Marzouki élu à la présidence de la Tunisie par l'Assemblée nationale constituante - Afrique - RFI

 

  1. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU Autour de la question
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU Autour de la question
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Radio foot internationale
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Radio foot internationale
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Sessions d'information
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Sessions d'information
  14. 16:40 TU Accents d'Europe
  15. 17:00 TU Journal
  16. 17:10 TU Décryptage
  17. 17:30 TU Journal
  18. 17:33 TU Sessions d'information
  19. 17:40 TU Débat du jour
  20. 18:00 TU Journal
  21. 18:10 TU Grand reportage
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU La bande passante
  25. 19:30 TU Journal
  1. 13:33 TU Danse des mots
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU Autour de la question
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU Autour de la question
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Radio foot internationale
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Radio foot internationale
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Couleurs tropicales
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Couleurs tropicales
  14. 17:00 TU Journal
  15. 17:10 TU Sessions d'information
  16. 17:30 TU Journal
  17. 17:33 TU Sessions d'information
  18. 17:40 TU Accents d'Europe
  19. 18:00 TU Journal
  20. 18:10 TU Grand reportage
  21. 18:30 TU Sessions d'information
  22. 19:00 TU Journal
  23. 19:10 TU Décryptage
  24. 19:30 TU Journal
  25. 19:40 TU Débat du jour

Dernières infos

  • Afrique du Sud: le président Zuma ne devra rien rembourser pour les travaux de sa résidence, indique le ministre de la Police
  • Football: Michel Platini demande au patron de la Fifa, Sepp Blatter, de démissionner
  • Football: l’UEFA ne boycottera pas le congrès de la Fifa
  • Ebola: l'OMS appelle à la vigilance face à l'épidémie d'Ebola, notamment en Guinée
  • Fifa: la Confédération africaine s’oppose à un report de l'élection
  • En Espagne, une enquête pour terrorisme contre le chef de Boko Haram est ouverte (parquet)
  • Dans l'affaire Bettencourt, relaxe de l'ancien ministre Eric Woerth et du gestionnaire Patrice de Maistre pour «trafic d'influence»
  • Visite des sites militaires iraniens: Téhéran s'élève contre «les demandes excessives» (ministre)
  • Un deuxième Marocain recherché après l'attentat du 18 mars contre le musée du Bardo arrêté à la frontière tuniso-lybienne (ministère)
  • En Angola, le journaliste Rafael Marques a été condamné à six mois de prison avec sursis (juge)
  • Tunisie: arrestation d’un deuxième Marocain recherché pour l’attaque du musée du Bardo à Tunis en mars
  • France: 3384 morts sur les routes en 2014, soit 116 de plus qu'en 2013 (délégué interministériel à la Sécurité routière)
  • Réforme du collège: l'intersyndicale appelle à une nouvelle journée de contestation le 11 juin prochain
  • Fifa: pour M. Poutine, les Etats-Unis cherchent à «empêcher la réélection de M. Blatter»
  • Fifa: il n'y a pas d'audition prévue de M. Blatter pour le moment (ministère public)
  • En Irak, 470 corps ont été exhumés des fosses communes de Tikrit (ministre)
  • France: la société Eurotunnel ne compte pas renouveler son contrat avec MyFerryLink (officiel)
fermer

Afrique

Tunisie

Moncef Marzouki élu à la présidence de la Tunisie par l'Assemblée nationale constituante

media

Le nouveau président tunisien Moncef Marzouki, dont le parti est arrivé troisième à l’élection de l’Assemblée constituante d’octobre dernier, est un farouche opposant de l’ancien président Ben Ali. En 2001, il fonde le parti du Congrès pour la République, le CPR, interdit sous le régime Ben Ali. Ex-président de la Ligue tunisienne des droits de l'homme, Moncef Marzouki a été exilé dix ans en France où il a obtenu ses diplômes de médecin et de neurologue. En 2009, il écrit le livre Dictateurs en sursis.

Moncef Marzouki, c'est d'abord une paire de lunettes souvent caricaturées, jusqu'à parfois le vexer, qui ont été le symbole de son parti aux dernières élections. Des lunettes « pour une vision plus claire » : le slogan a fait son effet.

Arrivé en troisième position à l’élection présidentielle contre toute attente, Moncef Marzouki est aujourd'hui chef de l'Etat, ce dont il rêvait. Dès la chute du président Ben Ali en janvier dernier, ce médecin formé à Strasbourg, dans l’est de la France, se porte en effet candidat au fauteuil présidentiel et décide de rentrer d'exil dans la foulée. Ses détracteurs voient là une confirmation de son ambition.
 
L’homme est un impulsif, concède une de ses sympathisantes. Ses positions sont tranchées, dit-elle, comme pour positiver un homme rigide, précisent ses détracteurs.
 
Si Moncef Marzouki n'est pas un rassembleur, confie un Tunisien qui l'a fréquenté à la Ligue des droits de l'homme, tous sont d'accord sur une chose : le docteur Marzouki était un militant solide qui n'a jamais cédé aux pressions du pouvoir de Ben Ali. Un opposant authentique qui a, comme tant d'autres, fait de la prison sous l'ancien régime.
 
Ex-président de la Ligue tunisienne des droits de l'homme à la fin des années 1980, il a occupé des responsabilités dans la plupart des grandes organisations internationales notamment lors de ses années passées en France.
 
Son sens politique fait en revanche moins l'unanimité. Moncef Marzouki a déjà prévenu qu'il n'accepterait pas une présidence protocolaire mais qu'il serait un président avec de réelles prérogatives.
Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.